Trump affirme avoir pris de l’hydroxychloroquine, un traitement non éprouvé pour le COVID-19

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

TORONTO –
Le président américain Donald Trump ne prend plus l’hydroxychloroquine, un médicament contre le paludisme, a-t-il déclaré dans une interview dimanche, après des semaines de promotion en tant que traitement du nouveau coronavirus.

Dans une interview avec l’émission de Sinclair Broadcast « Pleine mesure avec Sharyl Attkisson», Trump a déclaré qu’il avait suivi un cours de deux semaines sur le médicament, qui n’a pas été prouvé pour prévenir ou traiter le COVID-19.

« Fini, juste fini, ouais », a-t-il dit. « Et au fait, je suis toujours là. À ma connaissance, je suis là. »

Il y a une semaine, Trump a révélé qu’il avait pris le médicament lui-même pour se protéger contre le virus, bien que ses propres responsables aient mis en garde que le médicament ne devrait pas être utilisé en dehors de l’hôpital ou de la recherche, en raison d’effets secondaires potentiellement mortels.

Son médecin ne l’a pas prescrit, a-t-il dit. Il l’a demandé spécifiquement.

Le médicament approuvé par la FDA est utilisé pour traiter le paludisme ainsi que le lupus et l’arthrite. Trump l’a souvent présenté comme un traitement potentiel dans ses points de presse, citant des preuves anecdotiques et des études limitées.

Dans l’interview de Full Measure, Trump a déclaré qu’il avait pris le médicament parce que deux membres du personnel de la Maison Blanche avaient été testés positifs, réitérant qu’il avait entendu « d’énormes rapports » sur les effets du médicament.

« [Hydroxychloroquine] a eu d’énormes critiques, si vous le regardez, formidables et élogieuses », a-t-il déclaré.

Aucune étude rigoureuse à grande échelle n’a trouvé que le médicament était efficace pour traiter ou prévenir le COVID-19.

L’Organisation mondiale de la santé a annoncé lundi qu’elle supprimait temporairement l’hydroxychloroquine de sa liste de traitements expérimentaux à l’étude. L’OMS a souligné un article publié la semaine dernière dans le Lancet qui disait que ceux qui prenaient le médicament pouvaient courir un risque plus élevé de décès et de problèmes cardiaques.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus