Technologie

Difficile météo pour le lancement de l’astronaute SpaceX

WASHINGTON, ÉTATS-UNIS –
Mis à part une menace de mauvais temps, la NASA et SpaceX ont confirmé lundi que tout est prêt pour leur prochain lancement de fusée avec deux astronautes américains.

Prévu pour mercredi, le lancement de la Station spatiale internationale sera le premier lancement spatial en équipage américain en neuf ans.

“Les responsables de la NASA et de @SpaceX ont donné le feu vert au lancement d’une mission qui rendra le vol spatial humain aux États-Unis”, a tweeté la NASA, après une autre journée de réunions d’examen de l’état de préparation au lancement, selon le protocole strict de l’agence spatiale pour les vols habités .

Vendredi et samedi, un soi-disant test de feu statique et une répétition générale pour les astronautes dans leurs combinaisons spatiales se sont bien déroulés.

“Maintenant, la seule chose que nous devons faire est de trouver un moyen de contrôler les conditions météorologiques”, a déclaré Kathy Lueders, la directrice du programme d’équipage commercial de la NASA, lors d’un briefing au Kennedy Space Center en Floride.

Une fusée SpaceX Falcon 9 devrait décoller mercredi à 16 h 33 (20 h 33 GMT) depuis la rampe de lancement 39A, avec la capsule Crew Dragon à son sommet.

La capsule sera dirigée par Robert Behnken, 49 ans, et Douglas Hurley, 53 ans, deux vétérans de l’espace.

Les prévisions météorologiques restent défavorables, avec 60% de risques de mauvaises conditions, selon les prévisionnistes de Cap Canaveral.

La prochaine fenêtre de lancement serait le samedi 30 mai.

Mais Mike McAleenan, un prévisionniste de la base militaire de Cap Canaveral, a déclaré qu’il y avait “un peu d’espoir” pour mercredi: le temps en Floride a changé rapidement ces derniers temps. Une nouvelle prévision sera publiée mardi.

Un porte-parole de la NASA, Joshua Finch, a déclaré à l’AFP que la probabilité de “perte d’équipage” calculée pour la mission est de 1 sur 276, ce qui est supérieur au seuil minimum requis par la NASA – 1 sur 270.

Seuls deux navires, développés par les agences spatiales russe et américaine, ont accosté à l’ISS depuis le début de son montage en 1998.

En 2014, la NASA a attribué des contrats à deux sociétés privées: le géant de l’industrie Boeing et le jeune SpaceX d’alors, fondé par Elon Musk, âgé de 30 ans, qui a fait fortune dans la Silicon Valley avec la startup PayPal.

Le contrat consistait à concevoir et construire des capsules qui prendraient le relais des navettes spatiales américaines, fermées en 2011 après 30 ans de service.

Depuis lors, la Russie possède la seule fusée au monde capable d’envoyer des astronautes sur l’ISS – le Soyouz – et les États-Unis ont payé la Russie pour des sièges à bord.

Cette dépendance prendra fin une fois que la NASA aura certifié Crew Dragon ou Boeing’s Starliner comme sûr.

Comments

0 comments

Tags
Loading...

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

Veiller activer le bloqueur de publicité afin de naviguer sur notre site. Merci pour votre compréhension.