Garneau dit qu’il n’y a toujours pas de boîtes noires d’Iran lors de la fusillade d’un avion de ligne en janvier

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

OTTAWA -Le ministre des Transports Marc Garneau a déclaré que des efforts étaient toujours en cours pour amener l’Iran à libérer les enregistreurs de bord de son abattage le 8 janvier d’un avion de passagers ukrainien.

Le 11 mars, Garneau était à la réunion de Montréal de l’Organisation de l’aviation civile internationale lorsque le représentant de l’Iran a promis que son gouvernement rendrait les enregistreurs de vol aux autorités ukrainiennes d’ici le 25 mars.

Garneau dit que l’Iran a déclaré qu’il traitait avec COVID-19, qui a ravagé le pays, mais le régime doit toujours rendre les soi-disant boîtes noires pour honorer ses obligations en vertu du droit international de l’aviation civile.

Le vol 752 d’Ukraine International Airlines a été touché par deux missiles iraniens peu après le décollage de l’aéroport de Téhéran, tuant les 176 personnes à bord, dont 55 citoyens canadiens et 30 résidents permanents.

La Grande-Bretagne, l’Ukraine, l’Afghanistan et la Suède ont également perdu des citoyens lorsque l’avion a été détruit, et les pays ont formé une alliance avec le Canada pour traiter avec l’Iran.

Ils pressent l’Iran de coopérer à une enquête transparente afin que la cause de la frappe de missiles et de l’accident puisse être définitivement déterminée et qu’une indemnisation pour les proches des victimes puisse être versée.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus