Des mosquées rouvrent en Arabie saoudite et à Jérusalem au milieu des malheurs du virus

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

DUBAÏ, ÉMIRATS ARABES UNIS —
Des dizaines de milliers de mosquées à travers l’Arabie saoudite ont rouvert dimanche pour la première fois en plus de deux mois, des fidèles ayant reçu l’ordre de suivre des directives strictes pour empêcher la propagation du coronavirus, le site le plus sacré de l’islam à La Mecque étant resté fermé au public.

La mosquée Al-Aqsa de Jérusalem, le site le plus sacré de l’Islam en dehors de l’Arabie saoudite, a également rouvert ses portes pour la première fois depuis sa fermeture à la mi-mars.

Peu soucieux de l’éloignement social, des foules attendaient devant les portes du lieu saint avant son ouverture tôt dimanche, beaucoup portant des masques chirurgicaux. Alors qu’ils étaient autorisés à entrer, les fidèles se sont arrêtés pour faire mesurer leur température.

La mosquée était l’un des nombreux lieux saints de Jérusalem, y compris l’église du Saint-Sépulcre et le mur occidental, dont l’accès était restreint au plus fort de l’épidémie de coronavirus d’Israël. Tout au long de cette période, les fidèles ont continué à prier dans les ruelles à l’extérieur de la mosquée.

Les Juifs ont également repris leurs pèlerinages dimanche dans l’enceinte de la colline qu’ils vénèrent comme le Mont du Temple, site des deux temples bibliques juifs.

En Arabie saoudite, le gouvernement a préparé la réouverture d’environ 90 000 mosquées après avoir désinfecté des tapis de prière, des toilettes et des étagères contenant des exemplaires du Coran, le livre sacré musulman.

Le ministère des Affaires islamiques a déclaré que des millions de messages texte ont été envoyés aux personnes dans plusieurs langues pour les informer des nouvelles règles de la prière publique, qui incluent le maintien d’une distance de deux mètres (six pieds) entre les personnes pendant la prière, le port de masques faciaux à en tout temps et en s’abstenant de se saluer avec des poignées de main ou des câlins.

Les enfants de moins de 15 ans n’étaient pas autorisés à pénétrer dans les mosquées. On disait aux personnes âgées et aux personnes souffrant de maladies chroniques de prier à la maison. Les gens sont également invités à effectuer les ablutions obligatoires à la maison, car les toilettes des mosquées seront fermées, à utiliser des désinfectants pour les mains et à apporter leurs propres tapis de prière et des copies du Coran.

Les restrictions exigent que les mosquées n’ouvrent que 15 minutes avant chacune des cinq prières quotidiennes et se ferment 10 minutes après leur conclusion. Les sermons et prières du vendredi ne doivent pas durer plus de 15 minutes.

Dimanche, l’Arabie saoudite a également levé l’interdiction de voyager en avion et a permis à certains employés du secteur public de reprendre le travail de bureau, bien que la pleine participation ne soit autorisée qu’à la mi-juin.

Les nouvelles mesures interviennent alors que l’Arabie saoudite et d’autres pays du monde commencent à assouplir les restrictions et les ordonnances de maintien à domicile après des semaines de couvre-feu et de verrouillage.

Cependant, la Grande Mosquée de La Mecque, qui abrite la Kaaba en forme de cube vers laquelle les musulmans du monde entier prient, restera fermée au public. La ville est soumise à un verrouillage strict depuis plusieurs semaines. La mosquée de Médine où le prophète Mahomet est enterré sera partiellement ouverte au public pour prier à l’extérieur.

La fermeture continue de La Mecque indique la probabilité croissante que le royaume suspende le pèlerinage annuel du hajj musulman de cette année, qui tombe fin juillet. Déjà, un haut responsable saoudien a dit aux pèlerins potentiels de ne pas planifier le pèlerinage cette année au milieu de la pandémie mondiale.

Bien qu’elle ait pris des mesures précoces et sans précédent pour enrayer la propagation du virus, l’Arabie saoudite a enregistré plus de 83 000 personnes contractant le virus, dont 480 décès.

Israël a mieux résisté au coronavirus que les autres pays les plus durement touchés. Il a enregistré moins de 300 décès et a réussi à maintenir son taux d’infection quotidien à des dizaines depuis le début du mois de mai. Mais il a également imposé de sévères restrictions qui ont frappé son économie et fait monter son taux de chômage en flèche. Bon nombre de ces restrictions, notamment sur les lieux de culte, ont commencé à être assouplies au début du mois.

Au Pakistan, dans le même temps, le bilan quotidien des décès dus au COVID-19 dans le pays a continué de grimper, atteignant un nouveau record de 88 nuits.

Au milieu de rapports faisant état d’une pénurie aiguë de lits et d’avertissements quasi quotidiens de la part des professionnels de la santé pour resserrer les mesures de verrouillage, le gouvernement a maintenu les mosquées ouvertes, appelant à une distance sûre mais sans la faire respecter.

Dans le dernier assouplissement des restrictions, le gouvernement a retiré les limites des congrégations dans les mosquées et les églises.

Le nombre de morts de coronavirus au Pakistan (1 483) est le troisième après l’Iran et la Turquie au Moyen-Orient. Le pays a dénombré 69 496 cas positifs de COVID-19.

Au Liban, le ministère de l’Énergie a annoncé la prolongation du délai de soumission des offres pour le deuxième cycle de licences pétrolières et gazières offshore du pays jusqu’à une date non précisée avant la fin de 2021 en raison du coronavirus. La date a déjà été reportée à deux reprises depuis le 31 janvier jusqu’à la fin avril et plus tard jusqu’au 1er juin.

Le Liban a enregistré 27 décès dus au coronavirus et signalé 29 nouveaux cas dimanche, portant le nombre de cas enregistrés à 1 220.

——

Les rédacteurs d’Associated Press Tia Goldenberg à Jérusalem, Kathy Gannon à Islamabad, Pakistan et Bassem Mroue à Beyrouth ont contribué à ce rapport.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus