Un scientifique américain prédit un nouveau virus «100 fois pire» que le Covid-19

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Un nouveau virus qui sera «100 fois pire» quand il arrivera a été prédit par un scientifique américain qui pointe des zoonoses qui apporteront à l’humanité de nouvelles pandémies, tout en mettant l’accent sur les poules comme principal coupable du nouveau virus.

Le scientifique américain Michael Greger met en lumière le fait que les zoonoses, les maladies dont les agents se transmettent naturellement des animaux à l’Homme, sont les clés de tous les malheurs en termes de virus et que le coronavirus n’est pas le dernier à une telle échelle qui frappera l’humanité. Dans son dernier livre «Comment survivre à une pandémie», le docteur explique qu’un nouveau virus apocalyptique frappera bientôt à la porte de l’humanité si rien ne change.

D’après lui, ce virus apocalyptique sera «100 fois pire» quand il arrivera. Michael Greger fait savoir que le nouveau porteur du virus H5N1 est une poule dont la viande est consommée à grande échelle. Le corps humain devient de plus en plus vulnérable au virus en raison des conditions de fabrication non stériles et des produits chimiques qui font grandir les volailles.

«Avec les pandémies qui propagent de manière explosive un virus de l’humain à l’humain, il n’est jamais question de savoir si, mais quand», a-t-il écrit.

Le scientifique a également rappelé que les porteurs du Covid-19 étaient des chauves-souris, alors que ce virus a été transféré à l’Homme par la viande des pangolins, qui est considérée comme une spécialité dans les pays asiatiques.

«Un nouvel incubateur pour le virus»
Selon le spécialiste en maladies infectieuses Michael Osterholm, le virus H5N1 ressemble à son «cousin le virus de 1918» et pourrait conduire à la répétition de l’épidémie de grippe espagnole du siècle dernier. Il a déclaré que «tous les poulets nés sont un nouvel incubateur pour le virus».

Le scientifique a raconté qu’en 1997 il y avait une nouvelle souche de grippe connue sous le nom de H5N1. Il est indiqué que la première personne infectée a été un garçon de trois ans à Hong Kong, qui a eu des douleurs à la gorge et à l’abdomen, et a succombé à une insuffisance respiratoire aiguë. Heureusement, la propagation a été contenue et seulement 18 personnes ont été infectées, dont trois sont décédées.

L’auteur du livre a fait remarquer qu’il était important de commencer à élever les poules non dans des usines immenses, mais dans de petites fermes et avec moins d’oiseaux dans des conditions plus hygiéniques, pour éviter une nouvelle épidémie.

Pour rappel, la tuberculose et la rougeole proviennent des moutons et des chèvres, la variole des chameaux, la coqueluche des porcs, la fièvre typhoïde des poulets et le virus du rhume des bovins et des chevaux.

Ces zoonoses sont transmises à l’homme par la viande d’un animal infecté. Ces virus, pour la plupart, ne sont pas dangereux aujourd’hui, mais peuvent muter et commencer à affaiblir le système immunitaire humain, ce qui peut provoquer la mort.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

2 commentaires

  1. Il n’y a pas pire virus que l’être humain.

  2. Thomas perez a dit :

    La terre survivra a l’homme et aux virus aux astéroïdes et aux guerres nucléaires .l’homme doit disparaitre.etre écolo c’est aimer la planète plus que soi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus