Technologie

Enquêtes et poursuites pour pollution au Canada en forte baisse depuis 2015

OTTAWA –
Environnement Canada a effectué moins d’inspections, d’enquêtes et de poursuites au cours des cinq dernières années pour appliquer une loi protégeant les gens contre les produits chimiques toxiques et la pollution atmosphérique.

Selon les chiffres fournis le mois dernier en réponse à une question écrite soumise à la Chambre des communes, le ministère a enquêté sur 43 entreprises pour violation de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement en 2015-2016. Il y a eu 22 poursuites et condamnations.

Au cours de chacun des deux derniers exercices, cependant, le ministère a enquêté sur 12 entreprises. L’un a été poursuivi et condamné.

“Cela soulève certainement beaucoup de questions et de préoccupations”, a déclaré la députée néo-démocrate Laurel Collins, porte-parole en matière d’environnement et de changement climatique, qui a posé la question.

“C’est fou qu’il n’y ait eu qu’une seule enquête qui a abouti à des poursuites en 2018 et 2019”, a-t-elle déclaré. “Je pense que la plupart des Canadiens seraient surpris d’entendre cela. Je ne pense pas que quiconque pense qu’il n’y a qu’une seule entreprise qui viole.”

La Loi canadienne sur la protection de l’environnement (LCPE) régit la façon dont le Canada gère les produits chimiques toxiques et la pollution atmosphérique.

En février, Collins a déposé la question inscrite au Feuilleton, qui est ce que les députés utilisent lorsqu’ils veulent une réponse plus détaillée du gouvernement que ce qui est habituellement possible pendant la période de questions orales quotidiennes à la Chambre des communes. Elle cherchait une mise à jour du rapport de 2018 sur l’application de la LCPE du commissaire fédéral à l’environnement.

Ce rapport appelait Environnement Canada à se concentrer de manière disproportionnée sur les nettoyeurs à sec et le liquide qu’ils utilisent pour le nettoyage – connu sous le nom de perchloroéthylène – même s’il n’était pas plus toxique que les autres substances que les enquêteurs étaient censés surveiller.

Collins dit qu’elle était découragée de constater que l’application de la loi a chuté “de façon spectaculaire”.

Lorsqu’on lui a demandé d’expliquer la baisse du nombre d’enquêtes en vertu de la loi, un porte-parole d’Environnement Canada a déclaré seulement que les enquêtes peuvent être complexes et prendre de nombreuses années.

Le ministre de l’Environnement, Jonathan Wilkinson, n’a pas souhaité s’exprimer car l’application est un processus indépendant qui doit rester en dehors du domaine politique, selon la porte-parole Moira Kelly.

Les données fournies à Collins ne reflètent pas les chiffres que le ministère publie dans son rapport annuel sur la Loi canadienne sur la protection de l’environnement. La réponse à Collins a examiné les enquêtes menées par le nombre d’entreprises impliquées. Le rapport annuel reflétait le nombre d’enquêtes pour chaque règlement pris en vertu de la loi. Certaines entreprises font l’objet d’une enquête en vertu de plusieurs règlements.

Ces rapports annuels montrent que le nombre total d’inspections effectuées par le ministère a également chuté considérablement, passant de 3898 en 2015-2016 à 1608 en 2018-2019.

Les entreprises qui ont été condamnées se retrouvent sur un registre national des contrevenants environnementaux. Certains des cas les plus récents concernaient la vente de produits contenant des composés organiques volatils au-dessus des limites légales, des fuites chimiques et des déversements de transformateurs électriques, la vente de produits chimiques toxiques aux entreprises sans s’assurer qu’elles disposaient d’installations de stockage appropriées et l’élimination incorrecte des déchets de fruits de mer dans l’océan.

Muhannad Malas, le gestionnaire du programme des substances toxiques chez Environmental Defence, une organisation de défense des droits, a déclaré que le gouvernement libéral essayait de se faire passer pour le “standard d’or” des protections environnementales, mais qu’il n’y avait tout simplement pas beaucoup d’application.

“Lorsque vous commencez à creuser les chiffres ici, vous constatez que le gouvernement ne le prend pas au sérieux”, a-t-il déclaré.

Les libéraux ont formé le gouvernement à l’automne 2015 et ont été réélus, avec un mandat minoritaire, en octobre 2019.

Le gouvernement a également pris beaucoup de retard dans la réforme de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement. La loi doit être révisée tous les cinq ans. Le dernier examen a commencé en 2016 et a été achevé par le Comité de l’environnement de la Chambre des communes en juin 2017.

Le comité a formulé plus de 80 recommandations, y compris une suggestion d’envisager de consacrer le droit à un environnement sain dans la loi, des étiquettes obligatoires pour les matières dangereuses dans un produit et une meilleure collecte de données sur ces produits.

Malas a déclaré qu’il était encouragé lorsque le renforcement de la loi était l’un des points de la lettre de mandat de Wilkinson l’automne dernier. Il craint que la pandémie de COVID-19, qui a retardé de nombreuses autres promesses environnementales, notamment de meilleures normes de carburant et une interdiction des plastiques à usage unique, ne repousse également la réforme de la LCPE.

Il a dit que le gouvernement a passé les 2,5 dernières années à consulter et à travailler dessus, donc l’introduction des amendements devrait, à ce stade, “être assez simple”.

Kelly a déclaré dans un courrier électronique que le gouvernement était toujours déterminé à réformer la loi, mais a également indiqué que les défis posés par COVID-19 pourraient être un facteur dans le moment où cela pourrait se produire.

Ce rapport de La Presse canadienne a été publié pour la première fois le 31 mai 2020.

Comments

0 comments

Tags
Loading...

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

Veiller activer le bloqueur de publicité afin de naviguer sur notre site. Merci pour votre compréhension.