Plusieurs dans des affrontements entre police et résidents autour d’un camp de migrants en Grèce

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Plusieurs personnes ont été blessées dans des affrontements qui ont éclaté non loin d’Athènes lors d’une marche contre un camp de migrants placé en confinement pour le Covid-19, selon le Greek City Times. Le ministre grec des Migrations, Notis Mitarakis, promet d’y installer un système de surveillance.

Une marche de protestation organisée dimanche 31 mai à Malakasa, à 38 kilomètres au nord d’Athènes, pour exiger la fermeture d’un camp de migrants, a dégénéré en violents heurts avec les forces de l’ordre qui ont fait au moins deux blessés parmi les manifestants et six parmi les policiers, a annoncé le Greek City Times.

«C’était une manifestation pacifique et nous avons été frappés», a déclaré le maire de Malakasa, Yiorgos Giassimakis, dont les propos ont été repris par l’hebdomadaire Ethnos.

Rassemblés près de l’autoroute nationale Athènes-Lamia, les manifestants se sont dirigés vers le camp, selon le journal. La police les a empêchés de s’approcher et les habitants sont rentrés sur l’autoroute pour la bloquer brièvement.

Cinq personnes ont été interpellées après que certains manifestants ont commencé à jeter des pierres et d’autres objets contre la police qui a utilisé des gaz lacrymogènes pour les disperser.

More from the protest in Malakasa, earlier today.
Locals want the two migrant camps to close, because of the crime rise in the area.
Police responded with gas pic.twitter.com/dax6O63Gkw

— The Duke (@thedukeoriginal) May 31, 2020

«Une bombe sanitaire»
Le camp en question, qui abrite près de 1.600 migrants, est en confinement depuis qu’un résident afghan de 53 ans a été testé positif au Covid-19 en avril. Selon le Greek City Times, les habitants du village considèrent cette installation comme une «bombe sanitaire».

Selon le maire de Malakasa, les résidents du camp de respectent pas les mesures de confinement, se rassemblent sur les places et organisent des barbecues dans la zone boisée.

Un système de surveillance va être mis en place
Commentant les affrontements du 31 mai à Malakasa à la chaîne de télévision Mega, le ministre des Migrations, Notis Mitarakis, a déclaré ce lundi 1er juin que ce camp serait le premier en Grèce où les mouvements des résidents seraient étroitement surveillés.

Un système de contrôle des entrées et sorties sera installé à Malakasa ces prochaines semaines, a noté le ministre cité par le quotidien Ekathimerini.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus