Technologie

Zuckerberg toujours sous le feu des messages incendiaires de Trump

Le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, ne bouge pas devant son refus de prendre des mesures contre les messages incendiaires du président américain Donald Trump qui ont répandu des informations erronées sur le vote par courrier et, selon beaucoup, ont encouragé la violence contre les manifestants.

Ses détracteurs se multiplient cependant. Certains employés ont publiquement démissionné sur la question et les dirigeants des droits civiques qui l’ont rencontré lundi soir ont dénoncé l’explication de Zuckerberg d’avoir choisi de laisser les postes de Trump seuls comme “incompréhensibles”.

Un jour après que des dizaines d’employés de Facebook aient organisé un débrayage virtuel sur la question, le chef de Facebook a rencontré mardi les employés pour une session de questions-réponses tenue via une vidéo en ligne. Au cours de cette session, qui avait été avancée plus tard dans la semaine, Zuckerberg aurait doublé sa position pour laisser les postes de Trump tranquilles – bien qu’il ait laissé entendre que la société envisageait de modifier ses politiques existantes concernant “le recours à la force par l’État, “dont le poste de Trump à Minneapolis relevait.

Le rival de Facebook, Twitter, a signalé et rétrogradé un tweet de Trump dans lequel il faisait référence à des manifestations contre la violence policière à Minneapolis en utilisant la phrase “lorsque le pillage commence, le tournage commence”. Mais Facebook a laissé un message identique sur son service. Zuckerberg a expliqué vendredi son raisonnement dans une publication sur Facebook, position qu’il a depuis réitérée à plusieurs reprises.

“Je sais que beaucoup de gens sont fâchés que nous ayons laissé les postes du président, mais notre position est que nous devrions permettre autant d’expression que possible à moins que cela ne cause un risque imminent de dommages ou de dangers spécifiques énoncés dans des politiques claires”, a écrit Zuckerberg. .

Les démissions, que plusieurs ingénieurs ont tweetées et publiées sur LinkedIn et Facebook, ont également commencé mardi.

“Je suis fier d’annoncer qu’à la fin de la journée, je ne suis plus un employé de Facebook”, a tweeté Owen Anderson, qui était directeur technique de l’entreprise pendant deux ans. “Pour être clair, cela était en préparation depuis un certain temps. Mais après la semaine dernière, je suis heureux de ne plus soutenir les politiques et les valeurs avec lesquelles je suis en désaccord avec véhémence.”

Anderson n’a pas immédiatement répondu à un message pour commentaires mardi. Mais il n’était pas seul.

“Aujourd’hui, j’ai soumis ma démission à Facebook”, a écrit Timothy J. Aveni, un ingénieur logiciel qui travaillait depuis un an dans l’entreprise, sur LinkedIn et sur sa page Facebook. “Je ne peux pas supporter le refus persistant de Facebook d’agir sur les messages sectaires du président visant à radicaliser le public américain. J’ai peur pour mon pays, et je regarde mon entreprise ne rien faire pour contester le statu quo de plus en plus dangereux.”

Aveni n’a pas immédiatement répondu à un message pour plus de commentaires.

“Nous reconnaissons la douleur que beaucoup de nos gens ressentent en ce moment, en particulier notre communauté noire. Nous encourageons les employés à parler ouvertement lorsqu’ils ne sont pas d’accord avec le leadership”, a déclaré Facebook dans un communiqué. “Alors que nous sommes confrontés à d’autres décisions difficiles concernant le contenu à venir, nous continuerons à rechercher leurs commentaires honnêtes.”

Barry Schnitt, qui a été directeur des communications et des politiques publiques de Facebook de 2008 à 2012, a écrit lundi un article boursouflé sur Medium. “Facebook dit et peut même croire que c’est du côté de la liberté d’expression”, a-t-il écrit. “En fait, elle s’est mise du côté du profit et de la lâcheté.”

“Je ne pense pas que ce soit une coïncidence si les choix de Facebook apaisent ceux au pouvoir qui ont fait de la désinformation, du racisme flagrant et incitant à la violence une partie de leur plate-forme”, a-t-il ajouté, exhortant les dirigeants de Facebook à prendre leurs responsabilités et à “montrer au monde que vous n’êtes pas mettre le profit sur les valeurs. ”

Zuckerberg et d’autres dirigeants de Facebook ont ​​également rencontré des responsables des droits civiques lundi soir. Cette conversation ne s’est apparemment pas bien passée.

“Nous sommes déçus et stupéfaits par les explications incompréhensibles de Mark pour avoir autorisé les postes de Trump à rester en place”, ont écrit trois dirigeants des droits civiques dans un communiqué conjoint. “Il n’a pas démontré sa compréhension de la répression électorale historique ou moderne et il refuse de reconnaître comment Facebook facilite l’appel de Trump à la violence contre les manifestants.”

La déclaration a été signée par Vanita Gupta, présidente et chef de la direction de la Conférence des dirigeants sur les droits civils et humains; Sherrilyn Ifill, présidente et directrice-conseillère du NAACP Legal Defence and Educational Fund et Rashad Robinson, président de Color of Change.

“Mark crée un précédent très dangereux pour d’autres voix qui diraient des choses nuisibles similaires sur Facebook”, ont ajouté les trois dirigeants.

Comments

0 comments

Tags
Loading...

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

Veiller activer le bloqueur de publicité afin de naviguer sur notre site. Merci pour votre compréhension.