Monde

Covid-19 : la sonnette d’alarme pour la deuxième vague a été tirée en Iran

Hier, Dans une déclaration, un porte-parole du ministère de la Santé a déclaré que la situation dans les 10 provinces est alarmante. Selon La radiotélévision d’État a la province Fars le 4 juin « la sonnette d’alarme pour la deuxième vague de coronavirus en Azerbaïdjan de l’ouest a été tirée. La courbe ascendante des cas positifs à Mahabad est préoccupante ».

À Kermanchah, les chiffres concernant les personnes infectées et hospitalisées sont choquants. Le chef du comité d’information de la faculté des sciences médicales de Kermanchah a déclaré aujourd’hui à l’agence Fars, que « chaque jour, le nombre de malades du coronavirus admis dans la province dépasse 200. Hier, 243 personnes ont été hospitalisées ». Ce chiffre représente environ les trois quarts des patients admis à Téhéran, qui compte 14 millions d’habitants.

Face à La deuxième vague alarmante Maryam Radjavi, la dirigeante de la Résistance iranienne (CNRI), a estimé que la tendance croissante du coronavirus dans tout le pays est le résultat direct de la politique du régime clérical.

Entre la misère et la faim

Partout dans le monde, différentes stratégies ont été adoptées pour combattre l’invasion du virus. Mais nulle part sur la planète, les habitants d’un pays tout entier ne sont autant laissés à l’abandon. Entre la misère et la faim d’un côté et les ravages d’une gestion calamiteuse du phénomène viral de l’autre, il semble que les dirigeants iraniens aient fait leur choix : primer les intérêts du pouvoir avant la santé et la vie des citoyens.

Avec l’aggravation de la crise, la crainte des révoltes de la faim progresse au sein des dirigeants iraniens. « Il est à craindre que la crise sociale profonde post-coronavirus qui existe déjà aujourd’hui ne s’aggrave, a écrit le quotidien officiel Aftab-e-Yazd le 25 avril. Distribuer de l’argent ne résoudra pas le problème. Le problème, c’est qu’en raison des nombreuses entreprises qui ont souffert, des secteurs défavorisés au chômage, ajoutés à la hausse de l’inflation et à la déflation créée, tout cela peut entraîner un effondrement social. Ajoutez-le aux récents mouvements de mécontentement et de protestation pour avoir une image réelle de la situation. »

Depuis la semaine dernière, un grand nombre de prisonniers dans tous les quartiers de la prison centrale d’Oroumieh souffrent de graves symptômes du coronavirus tels que fièvre, frissons, sécheresse de la gorge, perte du sens du goût et de l’odorat, et douleurs corporelles. La négligence des gardiens a provoqué la propagation du virus à tous les prisonniers.

Au Khouzistan, Le président de la faculté des sciences médicales de Chouchtar, a déclaré aujourd’hui à l’agence ISNA que « la semaine dernière, nous avons eu le plus grand nombre d’hospitalisations à Chouchtar . On s’attend à ce que la tendance de l’épidémie de coronavirus s’accentue encore les deux prochaines semaines ». La faculté des sciences médicales d’Ahwaz a signalé 658 nouveaux cas d’infection et 16 décès ces dernières 24 heures, selon le site d’information Rouydad-24 hier.

 

Comments

0 comments

Tags
Loading...

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

Veiller activer le bloqueur de publicité afin de naviguer sur notre site. Merci pour votre compréhension.