Hong Kong fête l’anniversaire de Tiananmen, défiant une interdiction de police

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

HONG KONG —
Des milliers de personnes à Hong Kong ont défié une interdiction de police jeudi soir, franchissant les barricades pour organiser une veillée aux chandelles à l’occasion du 31e anniversaire de l’écrasement par la Chine d’un mouvement démocratique centré sur la place Tiananmen à Pékin.

La démocratie étant étouffée sur le continent, l’attention s’est déplacée de plus en plus vers Hong Kong semi-autonome, où les autorités ont pour la première fois interdit la veillée annuelle qui se souvient des victimes de la répression de 1989.

Pékin a adopté une position plus ferme après des mois de manifestations anti-gouvernementales l’année dernière, dans ce que les militants considèrent comme une érosion accélérée des droits et libertés de la ville. Plus tôt jeudi, la législature de Hong Kong a adopté une loi érigeant en infraction le respect de l’hymne national chinois. Les législateurs pro-démocratie ont perturbé la procédure à deux reprises pour tenter d’empêcher le vote.

Malgré l’interdiction de la police, des foules se sont précipitées dans le parc Victoria pour allumer des bougies et observer une minute de silence à 20 h 09. (1209 GMT, 8 h 09 HAE). Beaucoup ont scandé «Démocratie maintenant» et «Défendez la liberté, soutenez Hong Kong».

Alors que la police a diffusé des enregistrements avertissant les gens de ne pas participer au rassemblement non autorisé, ils n’ont pas fait grand-chose pour empêcher les gens d’entrer dans le parc. Les autorités avaient évoqué la nécessité d’une distanciation sociale lors de la pandémie de coronavirus en barricadant le parc tentaculaire, mais les militants ont vu l’épidémie comme une excuse pratique.

« Si nous ne sortons pas aujourd’hui, nous ne savons même pas si nous pouvons encore sortir l’année prochaine », a déclaré Serena Cheung, participante.

La police a déclaré avoir procédé à des arrestations dans le quartier de Mongkok, où de grandes foules se sont également rassemblées. Lorsque plusieurs manifestants ont tenté de bloquer une route, les agents se sont précipités pour les détenir, en utilisant du gaz poivré et en levant un drapeau bleu pour les avertir de se disperser, ou ils auraient recours à la force lors du rassemblement non autorisé. Sur Twitter, ils ont exhorté les gens à ne pas se rassembler en groupe à cause du coronavirus.

Après la fin de la veillée dans le parc Victoria, des groupes de manifestants vêtus de noir portaient des drapeaux qui disaient «Libérez Hong Kong, révolution de notre temps» ainsi que «Indépendance de Hong Kong».

Des centaines et peut-être des milliers de personnes ont été tuées lorsque des chars et des troupes sont entrés sur la place Tiananmen dans la nuit du 3 au 4 juin 1989, pour interrompre des semaines de protestations dirigées par des étudiants qui s’étaient étendues à d’autres villes et étaient considérées comme une menace pour les communistes. Règle du parti.

Un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères a offert la défense standard du gouvernement contre la répression de 1989.

« Le gouvernement chinois a clairement conclu les troubles politiques survenus à la fin des années 80 », a déclaré Zhao Lijian. « Les grandes réalisations que nous avons accomplies … ont pleinement démontré que la voie de développement choisie par la Chine est tout à fait correcte, conforme aux conditions nationales chinoises et a gagné le soutien sincère du peuple chinois. »

Jeudi, la place où des milliers d’étudiants s’étaient rassemblés en 1989 était calme et largement vide. La police et les véhicules blindés montaient la garde sur le vaste espace. Peu de piétons se sont alignés aux points de contrôle de sécurité, où ils ont dû montrer des pièces d’identité à traverser dans le cadre de la surveillance de masse à l’échelle nationale pour empêcher toute commémoration de l’événement.

Comme il est de coutume, de nombreux dissidents ont été placés en résidence surveillée et leurs communications avec le monde extérieur ont été interrompues, selon des groupes de défense des droits.

« Nous savons tous que le gouvernement de Hong Kong et le gouvernement chinois ne veulent vraiment pas voir les bougies à Victoria Park », a déclaré Wu’er Kaixi, un ancien leader étudiant qui était n ° 2 sur la liste la plus recherchée du gouvernement après la répression de la place Tiananmen.

« Les communistes chinois veulent que nous oublions tous ce qui s’est passé il y a 31 ans », a-t-il déclaré à l’Associated Press à Taiwan, où il vit. « Mais c’est le gouvernement chinois lui-même qui rappelle au monde entier qu’il est le même gouvernement … faisant de même à Hong Kong. »

La Chine n’est pas intervenue directement dans les manifestations de l’an dernier, malgré les spéculations selon lesquelles elle pourrait déployer des troupes, mais a soutenu la dure réponse de la police et du gouvernement de Hong Kong. Des milliers de personnes ont été arrêtées lors des manifestations, déclenchées par une législation désormais abandonnée qui aurait pu autoriser l’envoi de suspects en Chine continentale pour y être jugés.

L’annulation de la veillée est intervenue au milieu d’un resserrement de l’emprise de Pékin sur Hong Kong. Le mois dernier, la législature chinoise a ratifié la décision d’imposer des lois sur la sécurité nationale à Hong Kong, contournant ainsi la législature de la ville et choquant bon nombre de ses 7,5 millions d’habitants.

L’approbation du projet de loi sur l’hymne national, considéré comme une atteinte à la liberté d’expression, fait suite à l’arrestation récente de 15 anciens combattants accusés d’avoir organisé et participé aux manifestations de l’année dernière. Ces mesures sont considérées comme faisant partie d’une érosion constante des droits garantis à Hong Kong lors de son transfert de la domination britannique à la domination chinoise en 1997.

« L’interdiction intervient au milieu d’une accélération alarmante des attaques contre l’autonomie de Hong Kong et de l’atteinte aux droits et libertés du peuple de Hong Kong garantis par Hong Kong et le droit international », a déclaré Sharon Hom, directrice exécutive des droits de l’homme en Chine. dans un rapport.

Une quinzaine de membres de l’Alliance de Hong Kong pour le soutien aux mouvements patriotiques et démocratiques de Chine, le groupe qui organise la veillée annuelle, se sont réunis à Victoria Park à 18h30. (10 h 30 GMT, 6 h 30 HAE). Ils portaient des chemises noires avec les caractères chinois pour « vérité » arborant sur le devant.

Les militants ont allumé des bougies et exhorté le public à faire de même plus tard pour pleurer les victimes du massacre et montrer leur soutien à la cause démocratique en Chine.

Le président de l’Alliance, Lee Cheuk-yan, a ensuite dirigé le groupe d’une quinzaine de membres dans une procession aux chandelles autour du périmètre du parc, en criant des slogans, notamment «Stand with Hong Kong».

« Nous faisons cela depuis 30 ans, nous avons le droit de le faire, c’est une procession pacifique », a-t-il déclaré, déclarant qu’il serait absurde que ce comportement soit criminalisé.

Le groupe a ensuite retiré l’une des barricades entourant le parc et est entré. Finalement, des milliers ont suivi.

Lee a dit que le danger dans la loi sur la sécurité nationale est que Pékin définisse ce qu’est un crime. « Si nous commémorons le 4 juin, condamnons le massacre, (appelons à) la fin du régime du parti unique, cela sera-t-il qualifié de subversion? Nous ne savons pas », a-t-il dit.

D’autres veillées, virtuelles et autres, ont eu lieu ailleurs, y compris à Taïwan, la démocratie insulaire autogérée dont le gouvernement a appelé à nouveau cette année pour que Pékin reconnaisse les faits de la répression.

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a tweeté les critiques adressées à la Chine et à Hong Kong pour avoir interdit la veillée plus tôt cette semaine avant de rencontrer un groupe de survivants de la place Tiananmen au département d’État.

Zhao, porte-parole du ministère des Affaires étrangères, a déclaré: « Nous exhortons les États-Unis à abandonner les préjugés idéologiques, à corriger les erreurs et à cesser de s’immiscer dans les affaires intérieures de la Chine sous quelque forme que ce soit ».

Moritsugu a rapporté de Pékin. Les vidéojournalistes Associated Press Alice Fung et Katie Tam à Hong Kong et Taijing Wu à Taipei, Taiwan, ont contribué

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus