AMC prévient de la poursuite de ses activités alors que COVID-19 met la pression sur les théâtres

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

(Reuters) – AMC Entertainment Holdings Inc (AMC.N) a déclaré mercredi qu’il y avait « des doutes substantiels » sur sa capacité à continuer à fonctionner, si la société était obligée de garder ses théâtres fermés pendant une plus longue période en raison de la pandémie de COVID-19.

Les cinémas du monde entier sont fermés depuis la mi-mars pour aider à contenir la propagation du nouveau coronavirus et de nombreux tirages potentiels au box-office tels que «Top Gun: Maverick», le nouveau film de James Bond «No Time To Die» et Walt Disney’s « Mulan »ont été poussés plus tard dans l’année.

Aux États-Unis, certains États envisagent maintenant de permettre la réouverture des entreprises.

« Nous ne pouvons pas prédire quand ou si notre activité reviendra à des niveaux normaux », a déclaré le plus grand opérateur de cinéma au monde dans un dossier réglementaire bit.ly/303x7cX.

Fin mars, la société, qui exploitait environ 996 théâtres et 10 973 écrans dans le monde, a également averti qu’elle ne disposerait peut-être pas de liquidités suffisantes pour que la marée ne soit redevenue normale.

AMC a déclaré avoir entamé une accélération de ses dépenses en espèces dans la perspective d’une réouverture estivale. La société disposait d’un solde de trésorerie de 718,3 millions de dollars au 30 avril et a déclaré qu’elle disposait de suffisamment de liquidités pour maintenir les fermetures jusqu’à la fin du mois de juillet.

Cependant, la société a fait part de ses craintes que même après la réouverture des cinémas, elle ne dispose peut-être pas de suffisamment de films à présenter et que la fréquentation soit davantage affectée, car les gens pourraient passer à d’autres formes de divertissement ou se méfier des risques pour la santé.

PHOTO DE FICHIER: Des panneaux fermés sont visibles sur un théâtre AMC lors de l’épidémie de la maladie à coronavirus (COVID-19), à New York, États-Unis, le 29 avril 2020. REUTERS / Brendan McDermid

Les actions de la société ont chuté de 3% dans les échanges avant la cloche.

La société a également déclaré qu’elle prévoyait une perte comprise entre 2,12 milliards de dollars et 2,42 milliards de dollars pour le premier trimestre clos le 31 mars, principalement en raison d’une dépréciation d’environ 2 milliards de dollars liée aux actifs et au goodwill.

(Cette histoire corrige le nom du film de James Bond dans le deuxième paragraphe)

Reportage de Neha Malara à Bengaluru; Montage par Sriraj Kalluvila

Nos normes:Les principes du Thomson Reuters Trust.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus