La Banque africaine de développement lance une enquête indépendante sur son président

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

La Banque africaine de développement (BAD) a annoncé jeudi soir le lancement d’une enquête indépendante sur les accusations de prévarication contre son président, le Nigérian Akinwumi Adesina, candidat à sa réélection fin août pour un nouveau mandat.

« Le Bureau (du Conseil des gouverneurs de la BAD) convient d’autoriser une revue indépendante » sur les « allégations » de « lanceurs d’alerte » visant M. Adesina, « dans un délai de deux à quatre semaines », a déclaré dans un communiqué la présidente du bureau du Conseil, Nialé Kaba, également ministre ivoirienne du Plan et du développement.

Demandée par Washington, cette « revue indépendante devra être menée par une personne neutre, intègre, de haut calibre, ayant une expérience incontestable et une réputation internationale avérée », précise Mme Kaba.

M. Adesina, élu en 2015 à la tête de la BAD, fait l’objet depuis le début de l’année de plusieurs accusations lancées par un groupe de « lanceurs d’alerte », telles que « comportement contraire à l’éthique, enrichissement personnel et favoritisme ».

A la suite de la divulgation dans la presse de ces accusations en avril, la BAD avait totalement disculpé M. Adesina en mai, sur la foi d’un rapport de son comité d’éthique interne.

M. Adesina a clamé à plusieurs reprises son innocence.

Mais les Etats-Unis, deuxième actionnaire de la BAD, ont exigé fin mai le lancement d’une enquête indépendante, remettant en cause le travail du comité d’éthique, et fragilisant la position de M. Adesina pour une éventuelle réélection.

Economiste spécialiste du développement et ancien ministre de l’Agriculture du Nigeria, Akinwumi Adesina, 60 ans, est actuellement le seul candidat pour un second mandat de cinq ans à la tête de l’institution panafricaine de développement.

Le président nigérian Muhammadu Buhari a publiquement fait part de son soutien mardi.

Le Nigeria est le premier actionnaire de la BAD, et M. Adesina le premier Nigérian à diriger l’institution depuis sa création en 1964.

La BAD compte 80 pays actionnaires (54 pays africains et 26 non africains, d’Europe, d’Amérique et d’Asie). Elle est la seule institution africaine notée « AAA » par les agences d’évaluation financière.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus