Des manifestations pacifiques pour Black Lives Matter ont lieu en Australie

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Les manifestations de Black Lives Matter à travers l’Australie samedi se sont déroulées principalement de manière pacifique alors que des milliers de manifestants dans les capitales des États ont honoré la mémoire de George Floyd et ont protesté contre la mort d’Australiens autochtones en détention.

Les organisateurs de la manifestation de Sydney ont obtenu un sursis tardif lorsque leur appel contre une décision du vendredi déclarant le rassemblement non autorisé a été accordé. La Cour d’appel de la Nouvelle-Galles du Sud, à peine 12 minutes avant le début du rassemblement, a donné son feu vert, ce qui signifie que les participants n’ont pas pu être arrêtés.

Cela semblait être un point discutable car jusqu’à 1 000 manifestants s’étaient déjà rassemblés dans le quartier de la mairie du centre-ville de Sydney avant la décision.

Floyd, un homme noir menotté, a été tué lorsqu’un officier de police de Minneapolis lui a pressé un genou au cou même après avoir plaidé pour de l’air et cessé de bouger.

À Sydney, il y a eu une échauffourée précoce lorsque la police a renvoyé un homme qui semblait être un contre-manifestant portant une pancarte disant: «Des vies blanches, des vies noires, toutes les vies comptent».

Des foules ont envahi le Victoria Square à Adélaïde après que la police eut donné une autorisation spéciale pour que l’événement se déroule malgré les restrictions COVID-19. La marche à travers la ville a eu lieu après que le commissaire Grant Stevens a approuvé le rassemblement vendredi.

« Il s’agit d’un événement unique et extraordinaire. Il y a un sentiment qui suggère que les gens devraient avoir le droit de protester sur des questions importantes », a déclaré Stevens.

À Brisbane, la capitale de l’État du Queensland, les organisateurs ont déclaré qu’environ 30 000 personnes s’étaient rassemblées, obligeant la police à fermer deux rues principales. Le rassemblement a semblé ordonné alors que la police a distribué des masques aux manifestants et que d’autres responsables ont fourni des désinfectants pour les mains.

Un groupe maori a fait un haka traditionnel, ou danse de guerre, pendant la manifestation de Brisbane. La grande foule s’est ensuite dirigée vers un poste de police local, certains scandant « Ils disent justice, nous disons meurtre ».

Vendredi, 2 000 manifestants se sont rassemblés dans la capitale nationale Canberra pour rappeler aux Australiens que l’inégalité raciale soulignée par la mort de Floyd n’était pas unique aux États-Unis.

« Les Australiens doivent comprendre que ce qui se passe aux États-Unis se produit ici depuis longtemps », a déclaré Matilda House, une aînée du groupe familial Ngambri-Ngunnawal – les propriétaires traditionnels de la région de Canberra.

Un manifestant qui a interrompu House, faisant valoir que le rassemblement devrait se concentrer sur « ce qui se passe aux États-Unis » plutôt que sur l’histoire coloniale de l’Australie, a été crié dans une confrontation animée avec plusieurs manifestants. Le manifestant a finalement suivi les conseils de la foule de partir.

Les Australiens autochtones représentent 2% de la population adulte australienne mais 27% de la population carcérale. Ils sont également la minorité ethnique la plus défavorisée d’Australie et ont des taux de mortalité infantile et de santé inférieurs à la moyenne, ainsi qu’une espérance de vie plus courte et des niveaux d’éducation et d’emploi inférieurs à ceux des autres Australiens.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus