Des responsables américains exhortent les manifestants de Floyd à se faire tester pour le COVID-19

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Alors que New York s’apprêtait à rouvrir après une fermeture de plus de deux mois contre les coronavirus, les autorités ont levé dimanche un couvre-feu qui a été mis en place au milieu des protestations contre la brutalité policière et l’injustice raciale. Mais ils ont également demandé instamment que les manifestants soient testés pour le COVID-19.

«Faites un test. Faites un test », a expliqué le gouverneur de New York, Andrew Cuomo, aux personnes qui ont participé à des rassemblements et à des marches à la mémoire de George Floyd.

Il a déclaré que l’État prévoyait d’ouvrir 15 sites de test dédiés aux manifestants afin qu’ils puissent obtenir des résultats rapidement.

« J’agirais comme si vous étiez exposé, et je dirais aux gens avec qui vous interagissez, supposez que je suis positif pour le virus », a ajouté Cuomo.

L’appel est similaire à ce que des responsables de villes comme Seattle, San Francisco et Atlanta ont fait à la suite de manifestations massives, avec des tests gratuits mis en place pour les manifestants qui pourraient avoir été exposés au virus.

« Il y a une pandémie qui se déroule là-bas. Les gens en sont conscients. Je pense qu’aucun d’entre nous n’a oublié que cela se produit », a déclaré à KCPQ-TV Jennifer Cota, qui manifestait dans une banlieue de Seattle.  » que beaucoup de gens sont prêts à prendre. »

Les États-Unis sont en tête du monde avec plus de 110000 décès confirmés liés au virus, l’État de New York représentant plus de 30000 depuis le début de la pandémie, selon l’Université Johns Hopkins.

La ville de New York s’est préparée à entrer dans sa première phase de réouverture après les fermetures dues à la pandémie. Entre 200 000 et 400 000 personnes devraient rentrer au travail lundi, beaucoup utilisant un système de métro que la plupart des New-Yorkais ont évité depuis mars en raison de la surpopulation.

Dimanche, le maire Bill de Blasio a levé les 20 heures de la ville. couvre-feu mis en place pour les manifestations de Floyd.

« La nuit dernière a été de loin la meilleure », a déclaré de Blasio aux journalistes. « Nous avons eu le plus grand nombre de manifestants, le moins d’arrestations, le moins de problèmes et cela m’a convaincu qu’il était temps que le couvre-feu disparaisse. Je n’ai pas l’intention de le ramener. »

Il a toutefois soutenu que la ville se demandait toujours s’il fallait appliquer les fermetures de rues plus tard dans la journée. Il a également déclaré qu’il était «frustré» par le grand nombre de policiers qui ne portaient pas de masques faciaux, le qualifiant de douloureux pour les personnes qui pourraient penser que l’application des lois «bafouait» les règles de distanciation sociale.

La police de New York s’est retirée samedi pour imposer le couvre-feu alors que des milliers de personnes descendaient dans les rues et les parcs pour protester contre la mort de Floyd.

Les manifestations à travers le pays samedi étaient peut-être la plus grande mobilisation d’un jour depuis la mort de Floyd le 25 mai aux mains d’un policier de Minneapolis. La participation s’est poursuivie dimanche dans le monde entier, même si les villes américaines ont levé les couvre-feux imposés au milieu des spasmes d’incendies criminels, d’agressions et de raids par effraction contre les entreprises la semaine dernière. Les derniers jours de manifestations américaines ont été extrêmement pacifiques.

Le corps de Floyd est arrivé au Texas pour un dernier service commémoratif, a déclaré le chef de la police de Houston, Art Acevedo. Une visite est prévue lundi à Houston, suivie d’un service et d’un enterrement mardi dans la banlieue de Pearland.

Floyd, un videur sans emploi de 46 ans, est décédé après qu’un officier de police de Minneapolis lui a pressé le genou dans le cou pendant plusieurs minutes, même après avoir cessé de répondre. Sa mort a inspiré des protestations internationales et attiré une nouvelle attention sur le traitement réservé aux Afro-Américains par la police et le système de justice pénale.

D’autres mémoriaux ont eu lieu à Minneapolis et Raeford, en Caroline du Nord, près de l’endroit où Floyd est né.

À Washington, D.C., des dizaines de soldats de la Garde nationale de Caroline du Sud ont été vus quitter leur hôtel dimanche peu de temps avant que le président Donald Trump ne tweete qu’il donnait l’ordre de les retirer de la capitale nationale.

Trump a ordonné aux troupes de garde à Washington de «dominer» les rues après que certaines manifestations de la mort de Floyd soient devenues violentes. Le maire de la ville a appelé Trump la semaine dernière à retirer ses forces extérieures au milieu de manifestations largement pacifiques.

Au Black Lives Matter Plaza, récemment renommé, près de la Maison Blanche, des manifestants ont posé avec le panneau de signalisation et le lettrage jaune peint sur le trottoir par la ville. Alors que les camions de glaces se mélangeaient aux conversations de protestation, le département de police métropolitaine du district avait remplacé les officiers fédéraux chargés de l’application des lois et les troupes de la Garde nationale.

Samedi, un petit groupe de manifestants a renversé une statue d’un général confédéré à Richmond, en Virginie, l’ancienne capitale de la Confédération. Le gouverneur de Virginie Ralph Northam s’est engagé à retirer une statue du général Robert E. Lee après des jours de protestations contre Floyd.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus