L’Italie voit augmenter le nombre de cas de COVID-19 avec 518 nouveaux cas infectieux

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Les décès dus à l’épidémie de COVID-19 en Italie ont grimpé de 85 vendredi contre 88 la veille, a annoncé l’Agence de protection civile, tandis que le décompte quotidien des nouveaux cas a augmenté à 518 contre 177 jeudi.

Le nombre total de morts depuis que l’épidémie a été révélée le 21 février s’élève désormais à 33 774, selon l’agence, le quatrième plus élevé au monde après ceux des États-Unis, de la Grande-Bretagne et du Brésil.

Le nombre de cas confirmés s’élève à 234 531, le sixième plus grand total mondial derrière ceux des États-Unis, de la Russie, de l’Espagne, de la Grande-Bretagne et du Brésil.

Jeudi, sur les 518 nouvelles infections, 402 se trouvaient dans la région nord de la Lombardie, qui a été de loin la plus durement touchée par l’épidémie italienne en termes de cas et de décès.

Sur les 20 régions du pays, les seules autres à avoir enregistré plus de dix nouveaux cas vendredi étaient le Piémont avec 49, l’Émilie-Romagne avec 17 et la Ligurie avec 14.

Les dernières données pourraient alimenter le malaise suscité par la décision du gouvernement de mettre fin aux restrictions à la circulation entre les régions qui sont entrées en vigueur mercredi.

Certains gouverneurs régionaux se sont plaints que le fait de permettre aux gens de voyager librement hors de Lombardie pourrait déclencher de nouvelles zones de contagion ailleurs dans le pays.

Les personnes enregistrées comme porteuses de la maladie sont tombées à 36 976 vendredi, contre 38 429 la veille.

Vendredi, 316 personnes étaient en soins intensifs, contre 338 jeudi, ce qui maintient un déclin de longue durée. Parmi les personnes infectées à l’origine, 163 781 ont été déclarées rétablies contre 161 895 la veille.

L’Italie a commencé lundi à lever la plus longue période de verrouillage des coronavirus en Europe, permettant à quelque 4,5 millions de personnes de retourner au travail après près de deux mois à la maison et enfin de permettre aux familles de se réunir.

Un bourdonnement continu de voitures, d’autobus et de motos a indiqué une augmentation des navettes tôt le matin, mais le trafic était encore nettement plus léger qu’avant la frappe du virus en février.

Le gouvernement n’a ordonné qu’une relance progressive, donnant aux usines le feu vert pour redémarrer leurs lignes de production dormantes. Il a également déclaré que les parcs pouvaient rouvrir, donnant aux enfants la possibilité de courir, tandis que les parents peuvent à nouveau se retrouver.

Cependant, les amis ont été invités à rester à l’écart et la plupart des magasins doivent rester fermés jusqu’au 18 mai. Les restaurants et les bars ne peuvent offrir que des plats à emporter, tandis que les écoles, les cinémas et les théâtres resteront fermés pour un avenir indéfini.

« Nous sommes toujours en pleine crise de la pandémie », a déclaré dimanche le Premier ministre Giuseppe Conte dans une interview accordée au journal La Stampa, soulignant que la soi-disant « phase 2 » du verrouillage « ne doit pas être considérée comme un signal que nous sont tous gratuits. « 

Conte a déclaré que la « phase 2 » comprendrait plus de tests pour voir qui a le virus, avec 5 millions de kits envoyés dans les régions au cours des deux prochains mois. En outre, à partir de cette semaine, quelque 150 000 analyses de sang seront effectuées pour avoir une idée du nombre d’Italiens ayant déjà développé des anticorps.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available