Les négociations post-Brexit dans l’impasse à l’approche de l’échéance

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

L’Union européenne et les négociateurs britanniques ont déclaré vendredi qu’il y avait eu très peu de progrès dans leur dernier cycle de négociations sur un accord de libre-échange Brexit, avec seulement quelques semaines pour prolonger le délai de fin d’année pour parvenir à un accord.

Les deux parties ont cependant évité le vitriol qui a parfois marqué des années de négociations tortueuses sur le Brexit. Ils ont présenté des plans pour intensifier leurs négociations et ont plaidé pour le soutien politique de leurs dirigeants lorsqu’ils évalueront la situation plus tard en juin.

La Grande-Bretagne a quitté l’UE en janvier. Leur relation est désormais régie par un accord de transition qui maintient les règles précédentes en place pendant qu’ils négocient de nouvelles conditions. Cela expire à la fin de cette année, à moins qu’ils ne conviennent d’ici ce mois de la prolonger, ce que la Grande-Bretagne a déclaré à plusieurs reprises qu’elle ne ferait pas.

Jusqu’à présent, les négociations ne se sont pas bien déroulées.

« Cette semaine, il n’y a eu aucun progrès significatif … Nous ne pouvons pas continuer comme ça pour toujours », a déclaré le négociateur en chef de l’UE, Michel Barnier, lors d’une conférence de presse.

Il a déclaré que l’UE et la Grande-Bretagne restaient très éloignées sur les questions des garanties de concurrence loyale et de la gouvernance de leurs nouvelles relations, ainsi que des droits de pêche.

Il a noté certains progrès dans les discussions sur les garanties des droits de l’homme qui permettraient à la Grande-Bretagne et à l’UE de continuer à coopérer en matière pénale et judiciaire à partir de 2021, mais a ajouté que même cela était loin de l’accord possible.

La Grande-Bretagne avait un message similaire.

« Les progrès restent limités, mais nos pourparlers ont été positifs », a déclaré le négociateur en chef britannique, David Frost. « Les négociations se poursuivront et nous restons déterminés à réussir. »

La Grande-Bretagne veut un accord pour garantir le libre-échange avec l’UE. Bruxelles affirme que cela n’est possible que si elle souscrit à des règles de « règles du jeu équitables » pour garantir des normes réglementaires équivalentes en matière d’environnement ou d’aides d’État. Londres l’a rejeté à plusieurs reprises, affirmant qu’il ne serait pas dicté par l’UE.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson devrait s’entretenir avec le patron de Barnier, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, et le président des 27 dirigeants européens, Charles Michel, plus tard ce mois-ci.

Les négociateurs reprendraient fin juin ou début juillet, a indiqué M. Barnier, peut-être en personne après des mois de discussions sur les vidéoconférences forcées par la crise des coronavirus.

« Si nous voulons progresser, il est clair que nous devons intensifier et accélérer notre travail », a déclaré Frost.

Si la période de négociation n’est pas prolongée ce mois-ci, un accord doit être conclu d’ici la fin octobre pour laisser suffisamment de temps pour la ratification par les 27 États membres du bloc, a déclaré Barnier.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus