L’Iran a enrichi ses stocks d’uranium près de 8 fois sa limite dans l’accord de 2015, selon un chien de garde de l’ONU

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

L’agence de surveillance atomique des Nations Unies affirme que l’Iran a continué d’augmenter ses stocks d’uranium enrichi et continue de violer son accord avec les puissances mondiales.

L’Agence internationale de l’énergie atomique a rapporté la découverte vendredi dans un document confidentiel distribué aux pays membres et vu par l’Associated Press (AP).

L’agence a déclaré qu’au 20 mai, le stock total d’Iran d’uranium faiblement enrichi s’élevait à 1 571,6 kilogrammes (3465 livres), contre 1020,9 kilogrammes (2251 livres) le 19 février.

L’Iran a signé l’accord nucléaire en 2015 avec les États-Unis, l’Allemagne, la France, la Grande-Bretagne, la Chine et la Russie. Connu sous le nom de Plan d’action global conjoint (JCPOA), il permet à l’Iran de ne conserver qu’un stock de 202,8 kilogrammes (447 livres).

L’Agence internationale de l’énergie atomique a indiqué que l’Iran continuait également d’enrichir l’uranium à une pureté de 4,5%, supérieure aux 3,67% autorisés par le JCPOA. Il est également au-dessus des limites du pacte sur l’eau lourde.

L’accord sur le nucléaire a promis à l’Iran des incitations économiques en échange des restrictions de son programme nucléaire. Depuis que le président Donald Trump a retiré les États-Unis de l’accord, l’Iran a lentement violé les restrictions.

Le président Donald Trump a retiré les États-Unis de l’accord unilatéralement en 2018, affirmant qu’il devait être renégocié. Depuis, l’Iran a lentement violé les restrictions pour tenter de faire pression sur les autres nations pour qu’elles augmentent les incitations à compenser les nouvelles sanctions américaines paralysant l’économie.

Le but ultime du JCPOA est d’empêcher l’Iran de développer une bombe nucléaire. Depuis le retrait des États-Unis, l’Iran a stocké suffisamment d’uranium pour produire une arme, bien que le gouvernement de Téhéran insiste sur le fait qu’il n’a pas un tel objectif et que son programme atomique est uniquement destiné à produire de l’énergie.

Selon l’Arms Control Association, basée à Washington, l’Iran aurait besoin d’environ 1050 kilogrammes (1,16 tonne) d’uranium faiblement enrichi – de moins de 5% de pureté – et aurait ensuite besoin de l’enrichir davantage au niveau des armes, ou plus de 90% de pureté , pour fabriquer une arme nucléaire.

Avec l’accord nucléaire en place, le soi-disant temps de rupture de l’Iran – la période dont Téhéran aurait besoin pour construire une bombe s’il le souhaitait – se situait autour d’un an. Alors que l’Iran s’est éloigné des limites de l’accord de 2015, il a lentement rétréci cette fenêtre.

Cependant, cela ne signifie pas que l’Iran se précipiterait immédiatement vers la construction d’une bombe si tous les matériaux étaient en place.

Avant d’accepter l’accord sur le nucléaire, l’Iran a enrichi son uranium jusqu’à 20% de pureté, ce qui n’est qu’une courte étape technique par rapport au niveau de qualité militaire de 90%. En 2013, le stock d’uranium enrichi de l’Iran dépassait déjà les 7 000 kilogrammes (7,72 tonnes) avec un enrichissement supérieur, mais il n’a pas poursuivi une bombe.

Alors que le pays a étendu son programme nucléaire, l’Iran a été ouvert sur les violations et continue d’autoriser les inspecteurs de l’agence atomique des Nations Unies à accéder aux installations pour surveiller leurs opérations.

Il reste en violation de toutes les principales restrictions énoncées par le JCPOA, qui, selon Téhéran, espère faire pression sur les autres pays concernés pour augmenter les incitations économiques afin de compenser les sanctions sévères imposées par Washington après le retrait des États-Unis.

Bien que l’Iran ait été durement touché par la nouvelle pandémie de coronavirus, l’AIEA a déclaré qu’elle a poursuivi ses activités de vérification et de surveillance dans le pays, principalement en affrétant des avions pour voler des inspecteurs vers et depuis l’Iran.

Il a cité la « coopération exceptionnelle » des autorités autrichiennes, où il est basé, et de l’Iran pour faciliter l’opération.

L’agence s’est toutefois inquiétée de l’accès à deux des trois sites qu’elle avait identifiés en mars comme des lieux où l’Iran pouvait éventuellement stocker et / ou utiliser des matières nucléaires non déclarées ou entreprendre des activités liées au nucléaire sans les déclarer aux observateurs internationaux.

On pense que les activités sur les trois sites remontent au début des années 2000. L’AIEA a déclaré dans son rapport actuel qu’elle avait déterminé qu’un site avait subi « un assainissement et un nivellement approfondis » en 2003 et 2004 et qu’il n’y aurait aucune valeur de vérification à l’inspecter.

Il a déclaré que l’Iran avait, pendant plus de quatre mois, bloqué l’accès aux deux autres sites, dont l’un a été partiellement démoli en 2004 et l’autre où l’agence a observé des activités « conformes aux efforts d’assainissement » de l’installation à partir de juillet 2019.

L’agence de surveillance a ajouté que l’Iran n’a également « engagé aucune discussion de fond » avec l’AIEA pour répondre à sa question sur d’éventuelles matières et activités nucléaires non déclarées depuis près d’un an.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus