Belgique: les travailleurs de sexe impatients de reprendre service

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Par voie de communiqué, elle a précisé avoir pris un arrêté confirmant la fermeture des établissements de prostitution jusqu’au 30 juin inclus « dans le cadre des obligations de maintien de la sécurité et de la salubrité publiques dévolues au bourgmestre ».

C’est à la suite de l’adoption par le pouvoir fédéral de l’arrêté ministériel du 23 mars 2020 que les établissements de prostitution ont été fermés.

Aux yeux du bourgmestre Emir Kir, l’autorité communale n’est pas compétente pour autoriser la reprise de cette activité dans la mesure où elle n’est compétente, en matière de prostitution, que pour adopter des décisions ayant pour objet d’assurer la moralité ou la tranquillité publique.

« Nous travaillons avec UTSOPI (ndlr: un collectif des travailleu(r)(se)s du sexe) depuis près de deux mois notamment sur des questions d’urgence sociale liées à la crise sanitaire et depuis plus d’une semaine sur la préparation d’une éventuelle reprise des activités. À Saint-Josse-ten-Noode, nous utilisons toujours la même méthodologie pour préparer le déconfinement d’un secteur: feu vert du CNS, concertation avec le secteur et accompagnement de la commune. Notre objectif est de garantir la santé de tous. Nous attendons un signal clair du fédéral pour autoriser la reprise des activités », a commenté le bourgmestre.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus