Iran : « le manque de bonne gestion peut conduire à des catastrophes irréparables »

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp
Capture

Selon l’agence Irna, Le nouveau porte-parole du ministre de la santé a annoncé le 8 juin, que « Ces derniers jours, en général, le nombre de malades du Covid-19 a augmenté dans le pays. » A Téhéran, Ali-Reza Zali, le chef du centre national de lutte contre le coronavirus (CNLC) a affirmé hier, le 8 juin, que « les malades qui se présentent aux centres et aux hôpitaux ont augmenté de 3,5% par rapport à il y a 24 heures ».

Selon le site Javan, hier le 8 juin dans la province du Khouzistan, le président de la faculté des sciences médicales de Jondichapour a déclaré que « On prévoit que juin sera un mois difficile et la tendance à la hausse se poursuivra pendant encore deux semaines.

La reprise plus rapidement qu’en Europe

Ardakani, conseiller du ministre de la Santé, a reconnu la détérioration de la situation et a déclaré à l’agence Irna le 8 juin : « Le nombre de cas positifs augmente. Les gens doivent savoir que nous vivrons avec l’épidémie corona pendant un ou deux ans. En Iran, nous avons fait la reprise plus rapidement qu’en Europe. Nous pensions que la situation devenait normale alors qu’elle n’était pas. »

Dans la province de Kermanchah, le gouverneur a déclaré sur le site Hamchahri hier : « Il n’y a pas de perspective claire pour cette maladie. Le 8 juin, 620 tests ont été effectués, dont 213 positifs, indiquant un état d’alerte dans la province.

Dans la province d’Hormozgan, un membre du conseil islamique de Bandar-Abbas a déclaré sur le site Ba-Khabar aujourd’hui : « Dans ces conditions critiques, où la situation dans la ville de Bandar Abbas empire d’heure en heure (…) le manque de bonne gestion peut conduire à des catastrophes irréparables qui mettent en danger la vie de milliers de citoyens. Les responsables en la matière n’ont pas de solution appropriée pour contrôler le flot de l’épidémie de coronavirus (…) La culpabilité des autorités devient plus lourde lorsqu’elles considèrent que ces chiffres exponentiels sont le résultat de la négligence de la population, alors qu’aucune mesure efficace n’a été prise par les autorités pour lutter contre l’épidémie. »

« La mauvaise gestion du gouvernement et le manque de surveillance et de contrôle, a déclaré Mahjoub, membre du comité de prévention du coronavirus, font partie des raisons du pic de la maladie dans les foyers précédents et dans de nombreuses régions du pays qui en étaient exemptes. Donner la priorité aux moyens de subsistance des gens avec des politiques de sécurité ou de sécurité collective a amené le pays au point où le coronavirus a atteint un sommet dans le pays aujourd’hui et la maladie n’est pas contenue, gérée ni contrôlée. » (Site Rahbord Moasser, 8 juin)

 

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus