Buzyn fait de la relance économique sa « priorité » pour Paris

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Agnès Buzyn, candidate LREM à la mairie de Paris, affirme qu’elle a comme « priorité » un « plan de relance économique » pour la capitale, où la crise de l’après-coronavirus s’annonce « très dure », dans une interview au Journal du Dimanche.

Suite au confinement, « la crise économique s’annonce très dure, particulièrement à Paris », souligne Mme Buzyn, ex-ministre de la Santé, qui avait démissionné de son poste pour se porter candidate à Paris après l’affaire Griveaux.

Elle avait rassemblé 17,3 % des voix lors du premier tour, loin derrière ses principales concurrentes, Anne Hidalgo, la maire sortante PS, et Rachida Dati (LR). « La victoire est possible ! Les cartes sont rebattues » en vue du second tour le 28 juin, assure-t-elle.

Son « plan de relance » sera « mis en œuvre dès le 1er  juillet » et « sera doté de 400  millions d’euros, dont 170  millions pour un fonds de solidarité confié aux maires d’arrondissement », promet-elle. « Il s’agit d’aider les commerçants, artisans et restaurateurs à  survivre, notamment grâce à une exonération de toutes taxes la première année, voire l’an prochain si la crise persiste ».

Mme Buzyn souhaite également « expérimenter pendant un an une libéralisation des horaires d’ouverture dans tout  Paris, le soir et le week-end », pour « étaler les heures d’affluence pour les consommateurs, ainsi que les heures de pointe dans les transports en commun ».

Autres projets: « l’automatisation des lignes de métro en lien avec la région », « la création de 240  rues-jardins », « la végétalisation des quais de Seine », « la rénovation thermique des logements, des bâtiments publics, musées, équipements, bureaux… ».

Mme Buzyn critique sévèrement ses deux principales concurrentes, qui selon elle « préparent l’élection présidentielle de 2022 ». Elle accuse Mme Dati de ne parler « que de sécurité et de propreté »: « Elle n’a carrément aucun programme écologique, c’est simple, je pense qu’elle vit au siècle dernier ».

« Quant à Anne Hidalgo, ce n’est pas parce qu’elle met du vert sur ses tracts qu’elle a mené une politique écologique », cingle-t-elle. 

Par ailleurs, interrogée sur Evelyne Colella, colistière de Florence Berthout (maire du Ve arrondissement issue de LR et ralliée à LREM) et mise en cause pour racisme et homophobie, Mme Buzyn a estime que c’était « une erreur de casting ». « Florence Berthout et moi-même sommes très claires sur la condamnation de ces propos. C’est pourquoi elle a été mise en retrait de la campagne », ajoute-t-elle.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus