Des squelettes d’enfants du XVIe siècle avec des pièces dans la bouche trouvés sur un chantier de construction en Pologne

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Certaines des tombes découvertes sur le site dans le sud-est de la Pologne.

Certaines des tombes découvertes sur le site dans le sud-est de la Pologne.
Image: Gminne Centrum Kultury avec Jeżowem / Facebook

Équipes de route en Pologne tombé sur un 16e perducimetière du siècle, dans lequel la grande majorité des tombes appartiennent à des enfants. Incroyablement, certains squelettes ont encore des pièces dans leur bouche, une tradition qui remonte à l’Antiquité.

Le cimetière était découvert dans une zone boisée en cours de défrichement pour l’autoroute polonaise S19, qui fait partie du Via Carpathia projet routier visant à établir un couloir nord-sud allant de la Grèce à la Lituanie. Une équipe d’Arkadia Firma Archeologiczna (Arkadia Archaeological Company) a été appelée après que des équipes de construction soient tombées sur des restes humains, rapports Les premières nouvelles. Le cimetière, qui remonte à la fin du XVIe et au début du XVIIe siècle, est situé près du village de Jeżowe, dans le sud-est de la Pologne.

Sur les 115 individus trouvés sur le site, environ 70% à 80% étaient enfants, selon la Direction générale des routes et autoroutes nationales de Pologne. La découverte corrobore à la fois des récits écrits et des légendes locales décrivant un cimetière datant de cette période.

Un squelette partiellement fouillé.

Un squelette partiellement fouillé.
Image: Gminne Centrum Kultury avec Jeżowem / Facebook

Les corps ont été soigneusement enterrés dans un sol sablonneux et orienté selon un axe est-ouest. Les morts étaient couchés sur le dos, les mains positionnées sur le côté. Certains squelettes avaient des pièces de monnaie insérées dans leur bouche.

G / O Media peut recevoir une commission

« C’est certainement un signe de leurs croyances », L’archéologue d’Arkadia, Katarzyna Oleszek, a déclaré Les premières nouvelles. «Les pièces sont appelées oboles des morts ou obole de Charon. C’est une vieille tradition préchrétienne. Mais il est cultivé depuis longtemps, même le 19 siècle, elle était pratiquée par le pape Pie IX. »

Certains squelettes ont été trouvés avec des pièces dans la bouche.

Certains squelettes ont été trouvés avec des pièces dans la bouche.
Image: Arkadia Firma Archeologiczna / Facebook

Ce rituel de la mort, qui remonte à la Grèce antique et à Rome, représente un paiement ou un pot-de-vin à Charon, le passeur qui délivre les âmes du monde des vivants au monde des morts.

La présence de ces pièces est certes intéressante d’un point de vue anthropologique, mais les pièces peuvent également être utilisé par les archéologues pour horodater un site. Dans ce cas, les pièces ont été frappées sous le règne de Sigismond III Vasa, un roi polonais qui a régné de 1587 à 1632. Les pièces appelées boratynki ont également été trouvés, qui sont associés à Jean II Casimir Vasa, qui a régné de 1648 à 1668.

L’une des tombes les plus intrigantes contient quatre enfants couchés côte à côte, la tête orientée dans la même position, mais les jambes et les pieds se rencontrant tous ensemble. L’enfant le plus à gauche dans la tombe semble être décédé très jeune. Il est possible que ces quatre personnes soient étroitement liées – peut-être Fratrie.

Une tombe contenant quatre enfants, côte à côte, les jambes et les pieds se rencontrant.

Une tombe contenant quatre enfants, côte à côte, avec les jambes et les pieds se rencontrant.
Image: Arkadia Firma Archeologiczna / Facebook

En effet, ce n’est pas un «charnier», comme le décrit à tort The First News. C’était un cimetière d’église catholique ordonné, sans tombes placées sur le dessus ou dérangeant les autres. Les «habitants savaient exactement où se trouvaient leurs tombes et s’en sont occupés», a expliqué Oleszek. Mis à part les pièces de monnaie, aucun autre élément n’a été trouvé dans les tombes, ce qui suggère la présence d’une communauté très pauvre.

S’adressant au média polonais Gazeta Wyborcza, Oleszek m’a dit son équipe «s’occupe probablement de cette partie du cimetière où seuls des enfants ont été enterrés». Il est possible que des membres adultes de cette communauté aient été enterrés dans une partie encore à découvrir du cimetière.

Le cimetière a été trouvé dans une zone connue sous le nom de Góry Kościelne, qui se traduit par les montagnes de l’Église. La découverte confirme légendes locales sur un cimetière pour enfants dans la région, ainsi comme comptes historiques, selon The First News. Des documents écrits datant de 1604 décrivent un voyage à Jeżowe effectué par les évêques catholiques de Cracovie, une ville située à 126 miles (203 km). Ces récits décrivent une grande paroisse, une église, un jardin, un presbytère, une école et un cimetière.

Nous en apprendrons beaucoup plus sur ce cimetière et les personnes qui y sont enterrées au cours des mois et des années à venir, alors que les archéologues envisagent d’analyser restes. Surtout, les squelettes sera enterré dans une église paroissiale locale. Ce faisant, les archéologues imiteront autant que possible la disposition du cimetière d’origine, y compris la position funéraire des quatre enfants.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available