La rupture entre Netanyahu et Gantz pourrait retarder le débat du cabinet sur l’annexion de la Palestine

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Benny Gantz, principal partenaire de la coalition du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, a annoncé lundi son opposition à l’avancement d’un plan d’annexion de parties de la Cisjordanie occupée, où les Palestiniens veulent établir un État.

Mais un porte-parole a déclaré à Netanyahu avoir déclaré aux législateurs de son parti de droite, le Likoud, que les mesures d’annexion qui devaient être débattues par le cabinet dès mercredi ne dépendaient pas du soutien de Gantz.

Les deux partenaires inquiets d’une coalition formée le mois dernier rencontraient tous deux des responsables de Washington en visite, qui souhaitent un consensus au sein du gouvernement israélien avant de donner leur feu vert aux projets de Netanyahu.

Une rupture entre Netanyahu et Gantz pourrait donc retarder un débat au sein du cabinet sur l’annexion dont les deux parties avaient convenu qu’elles pourraient commencer dès le 1er juillet.

Une source du parti de Gantz l’a cité comme ayant déclaré lundi aux responsables américains – l’ambassadeur David Friedman et le conseiller de la Maison Blanche Avi Berkowitz – que la date cible du 1er juillet n’était « pas sacrée ».

Dans des remarques diffusées plus tard, Gantz a déclaré aux membres de son parti centriste Blue and White que « ce qui n’est pas lié à Corona attendra le lendemain du virus ». Il a estimé que la crise sanitaire pourrait durer encore 18 mois.

Netanyahu a déclaré qu’il avait l’intention d’étendre la souveraineté israélienne aux colonies juives et à la vallée du Jourdain, comme envisagé par un plan annoncé par le président américain Donald Trump en janvier en vertu duquel Israël contrôlerait 30% de la Cisjordanie.

L’opposition internationale s’est montée au cours des dernières semaines, les dirigeants palestiniens, les Nations Unies, les puissances européennes et les pays arabes alliés à Israël dénonçant toute annexion de terres que les forces israéliennes ont capturées lors d’une guerre de 1967.

La plus haute responsable des droits de l’homme des Nations Unies, Michelle Bachelet, a exhorté Israël lundi à abandonner complètement ses plans, déclarant: « L’annexion est illégale. Point. »

Le ministère israélien des Affaires étrangères a accusé Bachelet de partialité et a déclaré dans un communiqué qu’il n’était pas surprenant qu’elle ait fait ses remarques avant « qu’aucune décision n’ait été prise ».

La proposition de Trump – rejetée catégoriquement par les dirigeants palestiniens – envisage également la création d’un État palestinien, dans des conditions strictes.

S’adressant aux législateurs du Likoud, Netanyahu a déclaré que Blue and White n’était « pas le facteur décisif de cette façon ou de l’autre », selon un porte-parole. Netanyahu semble faire allusion au soutien à l’annexion des législateurs ultra-orthodoxes et d’extrême droite.

L’ambassade américaine n’a pas pu être immédiatement contactée pour commenter.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus