Monde

Une puissante explosion dans une clinique de la capitale iranienne fait 19 morts

Une puissante explosion dans une clinique du nord de Téhéran a tué au moins 19 personnes mardi, a annoncé l’agence de presse iranienne semi-officielle ISNA.

L’explosion au centre de santé de Sina At’har a endommagé des bâtiments à proximité et a envoyé un panache de fumée noire épaisse dans le ciel nocturne, a rapporté la télévision d’Etat.

“Une explosion a été signalée à 20 h 56 (16 h 26 GMT), suivie d’un incendie à la clinique Sina At’har. Des unités médicales ont été dépêchées immédiatement”, ont indiqué les services médicaux d’urgence de Téhéran dans un communiqué.

“La mort de 13 personnes a été confirmée. Six ont également été blessés et transférés” dans un hôpital, a-t-il ajouté.

Le porte-parole des pompiers de Téhéran, Jalal Maleki, a également déclaré à l’agence que les pompiers avaient récupéré six autres personnes décédées après l’extinction de l’incendie environ deux heures plus tard, portant le bilan à 19.

Quinze des morts étaient des femmes, a indiqué la télévision publique.

Dans une interview télévisée, Maleki a déclaré que l’explosion s’est produite alors que des bombes à gaz ont pris feu dans le sous-sol de la clinique.

Certaines des victimes “se trouvaient dans les étages supérieurs des salles d’opération, qui étaient soit des patients opérés, soit des personnes avec eux”, a-t-il déclaré.

“Ils ont malheureusement perdu la vie à cause de la chaleur et de la fumée épaisse.”

L’incident survient quatre jours après qu’une explosion près d’un complexe militaire a secoué la capitale iranienne.

Elle a eu lieu dans la région de Parchin au sud-est de Téhéran en raison de “fuites de réservoirs de gaz”, a déclaré vendredi le ministère iranien de la Défense, ajoutant qu’il n’y avait pas eu de victime.

Parchin est un site soupçonné d’avoir hébergé des tests d’explosion conventionnels applicables à l’énergie nucléaire, ce que la République islamique nie.

Il avait été examiné de près par l’Agence internationale de l’énergie atomique des Nations Unies en 2015.

L’Iran a refusé à l’AIEA l’accès au site en raison de la nature de son travail, mais le chef de l’agence de l’époque, feu Yukiya Amano, y a rendu visite.

Comments

0 comments

Tags
Loading...

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

Veiller activer le bloqueur de publicité afin de naviguer sur notre site. Merci pour votre compréhension.