in

Les Français et les Grecs sont les conducteurs les plus grossiers d’Europe, selon un sondage

Les conducteurs de la plupart des pays européens affirment développer des manières plus sûres et plus courtoises au volant, à l’exception notable des Français et des Grecs qui partagent la première place pour avoir lancé des insultes contre d’autres usagers de la route, ont révélé mercredi des données de sondage.

Dans un sondage sur les comportements autodéclarés, les conducteurs de la plupart des pays européens ont déclaré qu’ils étaient moins susceptibles de recourir aux insultes qu’il y a un an, de s’appuyer sur le klaxon de la voiture, de dépasser à droite ou de se rapprocher trop près de la voiture devant d’eux.

Cependant, le sondage a révélé que les Grecs étaient les plus susceptibles (47%) de conduire sur la queue de la voiture devant eux et, avec les Français, d’insulter les autres conducteurs (70%).

Les Espagnols, avec 66%, ont été les plus rapides à sauter sur leur klaxon, selon les recherches menées dans 11 pays par l’agence de sondage IPSOS pour l’opérateur routier Vinci Autoroutes.

L’étude a révélé que les Grecs étaient en tête de liste des comportements routiers dangereux, tandis que les Britanniques arrivaient en dernier.

Dans l’ensemble, 88% des conducteurs européens ont admis avoir parfois dépassé la limite de vitesse, 1% de moins qu’en 2019 et 61% – soit une baisse de 3% – pour ne pas avoir respecté la distance de sécurité.

Les Suédois étaient les plus susceptibles de conduire trop vite ou trop près d’une autre voiture, ou de quitter la route des yeux, selon le sondage.

Les conducteurs néerlandais étaient les plus susceptibles – près de la moitié d’entre eux – de dépasser à droite dans les voies destinées à ralentir la circulation.

Sur une note positive, le sondage a révélé que seuls deux des 14 indicateurs de comportement dangereux au volant étaient en augmentation – parler au téléphone et régler le GPS pendant la conduite.

Un cinquième des conducteurs – une augmentation de 1% par rapport à 2019 – ont déclaré être sortis de leur voiture pour régler une dispute avec un autre usager. Les Polonais, à 37%, étaient les plus coupables de cela.

Un cinquième des conducteurs français, contre 16% en Europe, ont déclaré qu’ils n’étaient «pas vraiment la même personne au volant» et se sont jugés plus nerveux, impulsifs ou agressifs qu’autrement.

Selon les données de l’Union européenne, quelque 22 800 décès de la route ont été enregistrés dans les 27 pays de l’UE en 2019. Cela représente environ 7 000 de moins qu’en 2010, soit une baisse de 23%.

Le nombre a diminué de 2% par rapport à 2018.

Alors que la tendance sous-jacente reste à la baisse, les progrès ont ralenti dans la plupart des pays depuis 2013, et l’objectif de l’UE de réduire de moitié le nombre de tués sur les routes d’ici 2020 à partir de 2010 ne sera pas atteint, a déclaré la Commission européenne dans un rapport.

« 2020 pourrait encore se révéler être une valeur aberrante avec des indications précoces que le nombre de tués sur les routes est susceptible de diminuer de manière significative au vu des mesures prises pour lutter contre le coronavirus mais pas suffisamment pour atteindre l’objectif », a-t-il déclaré.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    l’archevêque de Kinshasa demande « au peuple de se tenir en ordre de marche »

    Comment s’adapter à la «nouvelle normalité»? 6 conseils d’un psychologue clinicien