Technologie

Des milliers et des milliers de papillons envahissent la ville de Québec

TORONTO – Alors que les Québécois ont l’habitude de pelleter en hiver, une découverte étrange dans une petite ville du nord-ouest de la province a amené certains résidents à les retirer beaucoup plus tôt que prévu.

Les habitants de La Sarre, à environ huit heures de Montréal, se sont retrouvés à nettoyer des tas de papillons, vivants ou morts.

Les insectes avaient envahi la ville en troupeaux, suspendus aux lampadaires et aux bâtiments et laissant un concessionnaire automobile local avec une tonne de nettoyage à faire.

« Il y en avait des milliers et des milliers, même près d’un million comme je le vois », a déclaré à CTV News le directeur adjoint de Nicol Auto Inc., François LaFleur.

Le personnel de la concession a déclaré que les papillons envahissaient la zone en grappes, ressemblant à des nuages ​​dans le ciel. LaFleur a déclaré que les insectes ont repris le concessionnaire alors qu’ils se plantaient sur des rangées de nouveaux véhicules.

Le concessionnaire avait besoin de toutes les mains sur le pont pour se débarrasser des bestioles embêtantes alors que les gestionnaires, les techniciens et les autres employés travaillaient pour nettoyer des centaines de papillons. LaFleur a déclaré qu’ils utilisaient de l’eau et des pelles pour essayer d’éliminer tous les insectes, mais qu’ils ne pouvaient toujours pas suivre.

Il a dit qu’il y en avait tellement qu’ils « ont même apporté une chargeuse d’hiver (neige) » pour aider.

Le simple fait de retirer les papillons de nuit n’était pas le seul problème, mais une odeur piquante que LaFleur décrivait comme «vraiment du poisson» était un autre défi que l’équipe de nettoyage devait endurer.

Les entomologistes ont identifié la punaise comme étant la grande tortrix du tremble, que l’on trouve le plus souvent en Ontario, puis au Québec.

Alors que les papillons résident principalement dans de vastes étendues de forêt, ils sont attirés par de grandes lumières commerciales à la recherche de lieux de reproduction. Bien que la vue d’insectes grouillants puisse être alarmante pour beaucoup, les experts disent qu’ils sont pour la plupart inoffensifs.

« C’est une peur dispersée dans la population mais il faut être conscient qu’il n’y a pas lieu de trop s’inquiéter pour l’espèce. C’est naturel. C’est en fait une espèce que l’on retrouve dans de nombreuses régions », entomologiste à l’Université de Montréal, Etienne Normandin, a déclaré à CTV News.

On ne sait pas pourquoi il y avait tant de papillons cette saison, mais le gouvernement de l’Ontario les foyers de cette espèce sont courants et peuvent durer de deux à trois ans.

Comments

0 comments

Tags
Loading...

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

Veiller activer le bloqueur de publicité afin de naviguer sur notre site. Merci pour votre compréhension.