in

‘ISIS’ écrit sur la coupe Starbucks d’une femme musulmane aux États-Unis

Le chapitre du Minnesota du Conseil des relations américano-islamiques (CAIR) a appelé au licenciement d’un barista de Starbucks qui a écrit « ISIS » sur la coupe d’une femme musulmane.

Aishah, 19 ans, a déclaré qu’elle et son amie sont allées acheter un café au Starbucks situé dans un magasin Target à St. Paul, au Minnesota, la semaine dernière.

Après avoir dit son nom pour la commande, Aishah s’est rendu compte que l’employée a écrit autre chose sur le côté de la tasse et l’a cachée à la vue, a rapporté le CBS Minnesota.

La jeune femme, qui porte un hijab, a vu l’inscription « ISIS » sur sa tasse lorsqu’elle a pris son café.

« Je me suis senti humilié. Je me suis senti enragé », a déclaré Aishah.

Le CAIR, la plus grande organisation musulmane du pays, a exhorté Target à donner une formation supplémentaire à d’autres employés pour éviter un incident similaire.

Lundi, Target a déclaré dans un communiqué que l’entreprise s’était immédiatement excusée auprès d’Aishah et avait défendu que l’employée avait mal entendu son nom.

« Nous avons enquêté sur la question et pensons que ce n’était pas un acte délibéré mais une erreur malheureuse qui aurait pu être évitée avec plus de précisions », a indiqué la société. « Nous prenons les mesures appropriées avec le membre de l’équipe, y compris une formation supplémentaire, pour garantir que cela ne se reproduise plus. »

Cependant, Aishah a déclaré lors de la conférence de presse que l’employée n’avait jamais demandé de confirmation de son nom et que personne ne lui avait demandé de s’excuser.

« Ce n’est pas une simple erreur. Personne ne met, vous savez, le » KKK « sur la tasse de la boisson de quelqu’un », a déclaré Jaylani Hussein, directeur exécutif de CAIR Minnesota.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

Clearview AI mettra fin aux services de reconnaissance faciale au Canada: commissaire à la protection de la vie privée

A Hong Kong, les manifestants laissent leurs pancartes en blanc