Santé

L’ONU met en garde contre un «flux constant» de nouveaux virus de l’animal à l’homme

De nouvelles épidémies verront le jour à moins que les gouvernements ne prennent des mesures actives pour empêcher d’autres maladies zoonotiques de pénétrer dans la population humaine, selon un rapport des Nations Unies lundi.

COVID-19, Ebola, MERS, la fièvre du Nil occidental et de la vallée du Rift sont causés par des virus qui sont passés des hôtes animaux à la population humaine.

Intitulé «Prévenir la prochaine pandémie: les zoonoses et comment briser la chaîne de transmission», le rapport est un effort conjoint du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) et de l’Institut international de recherche sur l’élevage (ILRI).

Le rapport identifie sept tendances à l’origine de l’émergence croissante de maladies zoonotiques transmises à l’homme par une source animale.

Parmi eux, « une demande accrue de protéines animales; une augmentation de l’agriculture intense et non durable; l’utilisation et l’exploitation accrues de la faune sauvage et la crise climatique ».

« La science est claire que si nous continuons à exploiter la faune et à détruire nos écosystèmes, alors nous pouvons nous attendre à voir un flux constant de ces maladies passer des animaux aux humains dans les années à venir », a déclaré le directeur exécutif du PNUE, Inger Andersen.

Notant que les pandémies dévastent des vies humaines et les économies des pays, Andersen a déclaré que les plus pauvres et les plus vulnérables souffrent le plus des épidémies.

« Pour prévenir de futures épidémies, nous devons devenir beaucoup plus conscients de la protection de notre environnement naturel », a-t-elle ajouté.

Selon le PNUE, chaque année, 2 millions de personnes, principalement dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, meurent de zoonoses négligées.

La pandémie de coronavirus a fait plus de 537 000 morts dans 188 pays et régions depuis son origine à Wuhan, en Chine, en décembre. Les États-Unis, le Brésil, l’Inde et la Russie sont actuellement les pays les plus touchés.

Plus de 11,5 millions de cas de COVID-19 ont été signalés dans le monde, avec des recouvrements dépassant 6,28 millions, selon les chiffres compilés par l’Université américaine Johns Hopkins.

Comments

0 comments

Tags
Loading...

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

Veiller activer le bloqueur de publicité afin de naviguer sur notre site. Merci pour votre compréhension.