L’Allemagne étend le contrôle de l’État sur les réseaux sociaux

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

L’Allemagne est déterminée à étendre ses tentatives de réglementer le discours de haine en ligne alors que Facebook promet de faire plus pour nettoyer son site après un boycott d’annonceurs mondiaux, les politiciens affirmant que la question est trop importante pour être laissée à l’autorégulation.

Une loi allemande en vigueur depuis 2018 exige que les réseaux sociaux suppriment ou bloquent le contenu manifestement criminel dans les 24 heures suivant la réception d’une plainte ou encourent une lourde amende.

La législation a été étroitement surveillée alors que les inquiétudes montent à l’échelle mondiale au sujet des messages haineux, mais elle n’a jusqu’à présent eu qu’un impact limité et n’a pas empêché le discours de haine en ligne en Allemagne, blâmé d’avoir contribué à alimenter une vague d’attaques racistes au cours de l’année dernière.

« Nous ne pouvons pas dire s’il y a un effet positif en raison de la loi ou du débat général en ce moment », a déclaré Amélie Heldt, chercheuse à l’Institut Leibniz pour la recherche sur les médias à Hambourg.

La loi a effectivement encouragé les sociétés de médias sociaux à investir davantage dans le contrôle du contenu de leurs sites: Facebook compte maintenant quelque 2000 réviseurs de contenu en Allemagne sur un total mondial d’environ 15000, bien qu’ils vérifient également les publications dans d’autres langues.

Facebook a signalé la suppression de 1392 publications en 2019 en raison de la loi, environ un tiers des plaintes reçues, bien moins que le quart de million de plaintes signalées par Twitter et le service vidéo YouTube de Google.

L’année dernière, les autorités allemandes ont condamné Facebook à une amende de 2 millions d’euros (2,3 millions de dollars) pour sous-déclaration des plaintes, affirmant que le site rend plus difficile pour les utilisateurs de signaler des publications en vertu de la loi allemande que selon les normes communautaires du réseau social.

À l’échelle mondiale, Facebook a déclaré avoir pris des mesures sur 5,7 millions de contenus détectés comme des discours de haine au quatrième trimestre de 2019, passant à 9,6 millions au premier trimestre de cette année, avec 90% détectés et supprimés avant d’être signalés par les utilisateurs.

Facebook a promis de faire plus pour trouver et supprimer le contenu haineux, mais les organisateurs américains du boycott publicitaire croissant ont déclaré mardi qu’ils n’avaient « aucun engagement à agir » après avoir rencontré le PDG Mark Zuckerberg.

L’Allemagne veut maintenir la pression. Dans le cadre de sa présidence de six mois de l’Union européenne, Berlin a appelé à plus d’action lors d’une réunion lundi des ministres de la justice du bloc.

« Nous ne pouvons accepter que le débat public soit déformé et empoisonné », a déclaré la ministre allemande de la Justice Christine Lambrecht. « Les engagements volontaires et la responsabilité personnelle ne suffisent pas. »

Le mois dernier, le Parlement allemand a convenu d’un nouvel ensemble de mesures pour lutter contre l’extrémisme d’extrême droite et la haine en ligne, y compris l’obligation pour les réseaux sociaux de signaler les contenus criminels présumés à un nouveau bureau placé sous la tutelle du procureur fédéral.

Les défenseurs de la liberté d’expression ont critiqué la loi originale pour avoir poussé les décisions sur ce qui compte comme discours criminel à des entreprises privées.

« Vous ne pouvez pas externaliser le droit pénal », a déclaré Anke Domscheit-Berg, un législateur de l’opposition de gauche. « Nous avons besoin d’une police mieux qualifiée et dotée de ressources … mais cela ne signifie pas que nous devrions retirer la responsabilité de Facebook. »

Facebook a refusé de commenter.

L’association allemande de l’industrie Internet Eco, qui compte Facebook comme membre, a déclaré que les plateformes de régulation ne régleraient pas le problème social plus important de l’augmentation du racisme et du populisme.

« Les poursuites pénales restent la responsabilité de l’Etat. Les prestataires ne doivent pas être rendus shérifs de l’Etat », a déclaré Alexander Rabe, directeur général d’Eco.

Mais Markus Beckedahl, le fondateur du portail d’actualités numériques netzpolitik.de et un activiste de la régulation d’Internet, a déclaré qu’une action européenne était urgente, étant donné le pouvoir des géants des médias sociaux.

« Ce dont nous avons vraiment besoin, c’est d’une réglementation stricte – comme ce que nous avons pour l’industrie alimentaire et d’autres secteurs », a-t-il déclaré.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus