Le Bangladesh refuse de déplacer les réfugiés rohingyas de l’île sujette aux inondations vers le continent

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Des centaines de réfugiés rohingyas sur une île sujette aux inondations du golfe du Bengale ne seront pas autorisés à partir à moins qu’ils n’acceptent de rentrer chez eux, ont annoncé jeudi les autorités du Bangladesh.

Les 306 musulmans rohingyas du Myanmar ont été embarqués sur l’île de Bhashan Char en avril après avoir été enlevés de deux bateaux tentant de les acheminer vers la Malaisie.

Leur sort a été repris par les Nations Unies, un groupe international de défense des droits et des dirigeants communautaires, qui souhaitent qu’ils soient transférés dans des camps de réfugiés plus établis sur le continent.

« Ils resteront à Bhasan Char jusqu’à leur rapatriement au Myanmar », a déclaré à l’Agence France-Presse (AFP) Mohammed Khorshed Alam Khan, administrateur du district couvrant l’île.

Il a déclaré que les réfugiés sont bien pris en charge et ont de meilleures installations que dans les camps surpeuplés de Cox’s Bazar où 700000 Rohingyas ont fui en 2017 pour échapper à une répression militaire au Myanmar.

En avril, les autorités du Bangladesh ont déclaré que les Rohingyas seraient maintenus sur l’île afin de stopper la propagation du coronavirus dans les vastes camps de réfugiés.

Mais Human Rights Watch (HRW) a mis en doute cette motivation et a déclaré que les réfugiés n’étaient pas bien traités.

« Les autorités du Bangladesh utilisent la pandémie comme excuse pour détenir des réfugiés sur une broche de terre au milieu d’une mer de mousson agitée pendant que leurs familles prient avec impatience pour leur retour », a déclaré Brad Adams, le représentant de l’organisation pour l’Asie.

Il a également demandé pourquoi les autorités du Bangladesh n’autorisaient pas les travailleurs humanitaires à accéder à la colonie insulaire.

Un dirigeant rohingya des camps de Cox’s Bazar a déclaré que des proches de ceux de l’île souhaitaient s’entretenir avec le commissaire aux réfugiés du Bangladesh.

« Nous demandons aux autorités d’envoyer nos enfants dans nos familles », a déclaré Mohib Ullah, chef de la Société Arakan Rohingya pour la paix et les droits de l’homme, qui fait pression pour les Rohingyas.

HRW a déclaré avoir reçu des informations selon lesquelles les réfugiés de Bhashan Char avaient peu de liberté de mouvement ou un accès adéquat à la nourriture, à l’eau potable et aux soins médicaux.

Un responsable du gouvernement impliqué dans l’affaire a rejeté la critique mais a admis que certains réfugiés voulaient être réunis avec leurs familles.

Selon Amnesty International, plus de 750 000 réfugiés rohingyas, pour la plupart des femmes et des enfants, ont fui le Myanmar et sont entrés au Bangladesh après que les forces de leur pays ont lancé une répression contre la communauté musulmane minoritaire en août 2017, faisant passer le nombre de personnes persécutées au Bangladesh à plus de 1,2 million. .

Depuis le 25 août 2017, près de 24 000 musulmans rohingyas ont été tués par les forces de l’État du Myanmar, selon un rapport de l’Agence ontarienne de développement international (OIDA).

Plus de 34 000 Rohingyas ont également été jetés dans des incendies, tandis que plus de 114 000 autres ont été battus, selon le rapport de l’OIDA, intitulé «Migration forcée des Rohingyas: l’expérience incalculable».

Quelque 18 000 femmes et filles rohingyas ont été violées par l’armée et la police du Myanmar et plus de 115 000 foyers rohingyas ont été incendiés et 113 000 autres ont été vandalisés, a-t-il ajouté.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus