Les cinémas restent vides en raison du manque de nouveaux films malgré les réouvertures

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Les cinémas, fermés pendant la pandémie de coronavirus, sont officiellement ouverts depuis le 1er juillet. Cependant, ils n’ont pas pu accueillir de nouveau le public, car il n’y a aucune production cinématographique nationale et étrangère à projeter. Les sièges et les couloirs des cinémas restent silencieux. «Malheureusement, nous n’avons pas de nouveaux films. Aucun film n’est tourné en ce moment », a déclaré Şükrü Avşar, producteur de films et propriétaire d’Avşar Cinema Enterprises.

Bien que le 1er juillet ait été la journée d’ouverture officielle des salles de cinéma, 2 829 salles de cinéma à travers la Turquie n’ont pu rien projeter. La production de films en Turquie, aux États-Unis et en Europe est au point mort à cause du virus – et sans production, les cinémas ne peuvent offrir que des écrans vierges.

S’adressant à l’Agence de presse Demirören (DHA), Avşar a souligné que l’industrie du cinéma avait souffert d’une période difficile en raison du virus. Il a expliqué que c’était la première fois qu’il voyait un tel phénomène en 45 ans de travail dans tous les domaines de l’industrie cinématographique. Il a déclaré: «Peu importe si les cinémas ont ouvert le 1er juillet, le 10 juillet ou le 1er août, car il n’y a pas de films. Tout dépend de ce que nous montrons lorsque nous ouvrons des cinémas. Nous pourrions organiser des salles de cinéma, laisser deux sièges vides, prendre toutes les précautions et servir notre public de manière plus sûre et sans problème. Malheureusement, nous n’avons pas de film à projeter. Aucun nouveau film n’est tourné en ce moment. Tous les films américains et européens qui auraient pu venir de l’étranger ont également été annulés. Nous n’avons pas de problème pour ouvrir des salles de cinéma, nous pouvons le faire, mais nous n’avons pas de films », a-t-il déclaré.

« Je suppose qu’il n’y aura pas beaucoup d’action dans les cinémas avant novembre », a-t-il noté, ajoutant qu’ils commençaient généralement à gagner plus d’audience à partir de novembre, alors que l’année scolaire commence et que le temps commence à se refroidir: « En novembre, certains du public reviendra. Si nous leur donnons quelques bons films d’affilée, quelque chose peut arriver. Mais je ne pense pas que ce sera comme l’an dernier ou l’année précédente », a-t-il déclaré. Soulignant que l’industrie du cinéma s’est généralement mieux comportée en juillet et août qu’en septembre et novembre, Avşar a déclaré qu’elle risquait de subir des pertes en juillet, août et même en ce moment.

Avşar a en outre déclaré qu’ils n’envisageaient pas de projeter des films plus anciens jusqu’à l’arrivée de nouveaux films: «Nous ne prévoyons pas de projeter de vieux films. Je ne pense pas que le public viendra au cinéma pour voir des films qu’ils ont regardés auparavant ou mémorisés à la télévision tous les jours. La période pandémique a été très difficile et mauvaise pour l’industrie du cinéma. Tout est incertain et nos employés risquent de perdre leur emploi. Je pense à fermer sept à huit sites et à ne pas les rouvrir du tout parce que nos coûts et dépenses d’exploitation sont trop élevés et nous ne sommes pas en mesure de gérer cela. Nous devons rétrécir et agir avec plus de prudence. Pas seulement nous, mais l’ensemble du secteur, est dans cette situation. »

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available