«M. Dior? Il était comme une famille », se souvient un mannequin des années 50

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Quand Odile Kern est montée dans un ascenseur parisien en 1953, elle s’est retrouvée à côté du couturier de luxe Christian Dior – et en un instant sa vie a changé.

Agé de 88 ans, Kern faisait déjà partie de la masse salariale du créateur de mode dans l’immeuble de l’avenue Montaigne. Dior lui a demandé qui elle était.

« J’ai dit ‘Monsieur, je m’appelle Odile et je travaille pour vous … dans la boutique’. Et il m’a dit ‘Non, maintenant vous travaillez pour moi (en tant que mannequin)’. »

Kern avait fait sa marque dans la maison de Dior. Fondée en 1946 et au cœur d’une révolution d’après-guerre pour les vêtements pour femmes, la marque reste l’une des plus prestigieuses au monde.

La première collection de la créatrice en 1947 comprenait le costume Bar – une veste de longueur hanche synchronisée à la taille portée avec une jupe longue – qui a été surnommée le « New Look ».

S’exprimant lors d’une nouvelle exposition à Londres consacrée à House of Dior, Kern a rappelé comment des clients privés ont visité l’atelier de Paris pour voir et commander des créations sur mesure. « Nous avons travaillé pour la Maison Dior, personne d’autre, nous avons travaillé deux heures par jour pour présenter la collection tous les jours », a déclaré Kern à Reuters. « Pour moi, c’est arrivé par accident mais je pense que beaucoup de jeunes femmes auraient aimé travailler pour la Maison Dior … Nous n’étions pas très bien payées mais c’était amusant. »

Dior est décédé en 1957 à l’âge de 52 ans. Il a été succédé par Yves Saint Laurent, 21 ans.

« Monsieur Dior n’était pas un patron normal, il était comme une famille », a expliqué Kern. « Nous l’aimions, l’admirions et le respections. »

Svetlana Lloyd a rejoint l’équipe en 1956 lorsqu’elle est entrée dans le magasin lors d’un voyage depuis Londres. Elle a été rapidement envoyée à l’étage et a commencé à modeler le lendemain. « Il y avait 15 modèles, des modèles réguliers, nous les montrions tous les jours, quelque chose qui n’existe pas (maintenant) bien sûr … Il aimait avoir des gens de différentes formes, hauteurs et styles parce que c’était sa clientèle », a-t-elle expliqué. « … De nos jours, il y a très peu … de commandes privées de vêtements. »

Une photo de Lloyd modelant une robe grise Dior en 1958 figure dans l’exposition « Christian Dior: Designer of Dreams », qui se déroule au Victoria & Albert Museum jusqu’en juillet.

« Il y a eu beaucoup de choses qu’il a été le premier à faire, par exemple en doublant un mackintosh en fourrure », a-t-elle expliqué. « Ce sont juste des petites touches inhabituelles qui ont rendu sa couture plus intéressante. »

Dior en exposition

De la robe du 21e anniversaire de la princesse Margaret à la robe de tapis rouge de la lauréate des Oscars Jennifer Lawrence, les tenues Christian Dior ont fait la une des journaux dans une exposition londonienne consacrée à la maison de couture française.

Avec une sélection d’accessoires, de croquis et de flacons de parfum, « Christian Dior: Designer of Dreams » revient sur l’histoire de la marque de luxe qu’il a fondée en 1946 et qui reste la quintessence de la haute couture. En tout, plus de 500 pièces, l’héritage du défunt couturier et de ses six successeurs est exposé au Victoria & Albert Museum à partir du 2 février.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus