Les Cachemiris célèbrent la Journée des Martyrs et appellent à une action internationale pour résoudre le différend

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Les Cachemiris ont marqué lundi le 89e anniversaire de la « Journée des martyrs », appelant à une intervention internationale pour résoudre le différend au Cachemire.

Le 13 juillet 1931, 22 Cachemiris ont été abattus à Srinagar, la capitale du Cachemire sous administration indienne, par des soldats du souverain alors Dogra Maharaja Hari Singh. Jusqu’au 5 août de l’année dernière, lorsque l’Inde a mis fin à l’autonomie politique limitée de la région, le 13 juillet était un jour férié dans le calendrier officiel. Cependant, le gouvernement indien a retiré la journée de la liste des jours fériés.

Lundi, des policiers et des soldats paramilitaires ont bloqué les routes menant au cimetière dans une ancienne zone de Srinagar appelée Naqashband Sahib. Le cimetière, appelé Cimetière des Martyrs, est situé dans les pelouses d’un sanctuaire construit à la mémoire du saint soufi d’Asie centrale, Khwaja Sayed Bahauddin Naqashband Bukhari, le fondateur de l’ordre soufi Naqashbandi. Un véhicule semi-blindé et un véhicule de police se tenaient devant le portail du sanctuaire dont le portail avait été verrouillé. Des dizaines de policiers et de soldats paramilitaires patrouillant à proximité ont empêché une équipe de médias de filmer des vidéos et de faire des reportages.

Le Forum américain de sensibilisation au Cachemire, basé aux États-Unis, a déclaré dans un communiqué que les puissances mondiales devaient « tenir compte des souhaits et des aspirations de longue date du peuple cachemirien ». « Leurs souffrances n’ont pas pris fin malgré la fin du règne despotique de la dynastie Dogra. Le sort des Cachemiris a empiré, car il a été remplacé par des tyrannies de régimes indiens successifs avec divers atouts de la démocratie », a déclaré le groupe de la diaspora. Le journal, le 13 juillet, rappelle chaque année à des millions de Cachemiriens comment les troupes de Singh ont visé chaque personne qui s’est levée pour appeler à la prière du vendredi.

Les tensions sont vives depuis la décision prise par l’Inde en août de priver la région du Cachemire de son statut autonome spécial, ce qui a mis en colère le Pakistan. Le 5 août, l’Inde a révoqué les articles 370 et 35A, utilisés pour accorder au Jammu-et-Cachemire un statut semi-autonome spécial distinct du gouvernement central indien. Avec la révocation des articles, le Jammu-et-Cachemire n’aura plus sa propre constitution et devra respecter les lois indiennes et la Constitution de l’Inde.

Depuis lors, l’ONU a fait part de ses préoccupations croissantes concernant la situation humanitaire au Cachemire contesté. L’interdiction d’Internet dans la région est considérée comme la plus longue coupure de communication de l’histoire d’un pays démocratique. L’éducation des enfants dans la région contestée du Cachemire a été interrompue pendant des mois. Près de 1,2 million d’élèves du Cachemire ont suivi des cours en février pour la première fois en près de sept mois depuis que l’Inde a révoqué une autonomie limitée et divisé la région en deux unités administrées centralement.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus