L’affaire des «fausses nouvelles» de Russia Today au Cambodge a été renvoyée devant la cour d’appel

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Mercredi, la Cour suprême du Cambodge a ordonné que le cas d’un traducteur emprisonné pour avoir participé à un documentaire de Russia Today sur le trafic sexuel soit entendu par une cour d’appel, en raison de ce que son avocat a déclaré être un « problème factuel » lors de son procès.

L’année dernière, un tribunal inférieur a condamné Rath Rott Mony, 49 ans, à deux ans de prison pour incitation à la discrimination, après avoir aidé une équipe de presse russe à réaliser un film qui, selon le gouvernement, contenait des « fausses nouvelles » sur le Cambodge.

Son avocat, Lor Chunthy, a déclaré que la Cour suprême, dans une brève décision, a renvoyé l’affaire « après avoir constaté l’existence d’un problème factuel ». Il n’a pas élaboré.

Un autre avocat de Mony, Sam Tithseyha, a déclaré qu’il y avait « certains problèmes manquants » avec le procès.

Le porte-parole de la Cour suprême Ouk Kimsith a confirmé la décision de renvoi de mercredi.

Le documentaire sur lequel Mony a travaillé, « Ma mère m’a vendu », comprenait le récit d’une fille cambodgienne d’une famille pauvre qui, selon elle, a été vendue dans le commerce du sexe, incitant les autorités à interroger les personnes impliquées dans sa vente présumée.

Les autorités ont conclu que la jeune fille et sa mère avaient reçu 200 $ pour mentir pour un film qui avait nui à la réputation du Cambodge.

Russia Today a déclaré qu’elle ne paie jamais de documentaires ou de sujets d’interview.

Mony, un dirigeant syndical, a été condamné à verser 17 500 $ de dommages et intérêts à deux des mères de filles du film.

L’épouse de Mony, Long Kimheang, qui se trouve en Thaïlande sous la protection de l’agence des Nations Unies pour les réfugiés, a déclaré qu’elle n’était pas satisfaite du résultat de mercredi.

« Si le tribunal a conclu que le procès de mon mari n’était pas juste, la Cour suprême devrait le libérer », a déclaré Kimheang à Reuters.

« Nous ne savons pas quand la Cour d’appel entendra de nouveau l’affaire … nous ne savons pas à quelle vitesse ils ont l’intention de procéder. »

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available