Laminute.info: site d'actualité générale

Le Qatar salue la décision de l’ONU sur le barrage aérien contre les États du Golfe

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Le Qatar a salué mardi la décision de la Cour suprême des Nations Unies de l’appuyer dans un différend avec Bahreïn, l’Égypte, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis concernant un blocus aérien contre Doha.

Le panel de 16 juges de la Cour internationale de Justice a décidé que les appels déposés par les voisins du Qatar contre plusieurs décisions de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) devaient être rejetés. Le tribunal a également confirmé que c’était l’OACI qui avait compétence dans la rangée de l’espace aérien.

Le tribunal a également jugé que l’affaire était recevable et le blocus aérien a violé la Convention relative à l’aviation civile internationale. Le Qatar s’est opposé à la fermeture de l’espace aérien dans une plainte déposée auprès de l’OACI, et cette affaire se poursuit. Le Qatar a un espace aérien limité et a dû compter sur celui de l’Iran.

En réaction à la décision de mardi, le Qatar a déclaré qu’il se félicitait de la décision « qu’il a le droit de contester les restrictions de l’espace aérien imposées par l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, Bahreïn et l’Égypte devant l’organisme aéronautique de l’ONU ».

« La décision de la CIJ a été une grande victoire pour le Qatar et une gifle contre les Etats bloquants », a déclaré à Anadolu Agency (AA) Ahmed Bin Saeed Bin Jabor al-Rumaihi, directeur du bureau d’information du ministère des Affaires étrangères du Qatar.

« Cette décision reflète la cohérence de notre position vis-à-vis des pays internationaux qui bloquent les lois internationales », a ajouté al-Rumaihi.

Abdulla bin Nasser Turki al-Subaey, président de la Qatar Civil Aviation Authority, a déclaré sur Twitter que le Qatar avait remporté une « victoire historique » sur les Etats bloquants.

« Avec cette décision en notre faveur, nous achèverons les procédures de (dépôt) des plaintes du Qatar auprès de l’OACI, et par la grâce d’Allah, nous prouverons une fois de plus que ces pays ont violé les accords internationaux dans le monde », a-t-il déclaré.

Le 5 juin 2017, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, Bahreïn et l’Égypte ont brutalement rompu leurs relations diplomatiques avec le Qatar et imposé un blocus terrestre, maritime et aérien dans l’espoir de le faire respecter une longue liste de demandes.

Les quatre États accusent Doha de soutenir le terrorisme, allégation démentie par le Qatar, qui décrit l’embargo dirigé par l’Arabie saoudite comme une violation du droit international.

En 2018, l’OACI a jugé qu’elle était habilitée à traiter un différend porté par le Qatar accusant ses voisins d’avoir violé une convention régissant le libre passage de ses avions de passagers à travers l’espace aérien étranger.

Mais Bahreïn, l’Égypte, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont rejeté cette décision et ont appelé la CIJ à déclarer la décision de l’OACI « nulle et non avenue ».

Au cours des trois dernières années, le Koweït a tenté de résoudre la fracture, mais sans succès jusqu’à présent.

Des diplomates et des sources du Golfe ont déclaré à Reuters que les États-Unis tentaient de convaincre l’Arabie saoudite et ses alliés de rouvrir leur espace aérien au Qatar, mais que les efforts de médiation depuis le début de 2020 n’ont jusqu’à présent pas abouti. L’agence de l’aviation des Nations Unies, dont le siège est à Montréal, n’impose pas de règles contraignantes mais exerce une influence grâce à des normes de sûreté et de sécurité qui sont généralement suivies par ses 193 pays membres. Il existe également un mécanisme de règlement des différends en vertu de la Convention de Chicago de 1944, qui est supervisé par l’OACI.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus