in

Les astronautes de la sortie dans l’espace se rapprochent des derniers échanges de batteries

CAPE CANAVERAL, FLA. – Une paire d’astronautes de la sortie dans l’espace s’est attaquée à la série finale d’échanges de batteries à l’extérieur de la Station spatiale internationale jeudi.

Bob Behnken et Chris Cassidy de la NASA se sont aventurés dans leur troisième sortie dans l’espace au cours des dernières semaines. Ils devaient retirer six piles plus anciennes du réseau électrique de la station spatiale et les remplacer par de nouvelles et améliorées.

« Amusez-vous là-bas », a insisté l’astronaute Doug Hurley de l’intérieur.

Les nouvelles batteries au lithium-ion – de grosses unités boxy d’une masse d’environ 180 kilogrammes – sont si puissantes qu’il n’en faut que la moitié. Les batteries stockent l’énergie collectée par les panneaux solaires de la station pour une utilisation du côté nocturne de la Terre.

Le remplacement des batteries a commencé il y a 3 ans et demi, avec 48 anciennes batteries destinées à être remplacées. Behnken et Cassidy effectueront une quatrième et dernière sortie dans l’espace la semaine prochaine pour terminer le travail.

Behnken est arrivé à la station spatiale fin mai sur une capsule SpaceX, le premier vol de l’astronaute de la compagnie. Lui et Hurley devraient retourner sur Terre dans la capsule Dragon début août.

Cassidy est le commandant de la station spatiale. Il est à mi-chemin d’une mission de six mois; une capsule russe Soyouz est son trajet vers et depuis l’avant-poste en orbite.

Behnken et Cassidy ont chacune neuf sorties dans l’espace à leur actif.

——

Le département de la santé et des sciences d’Associated Press reçoit le soutien du département d’éducation scientifique du Howard Hughes Medical Institute. L’AP est seul responsable de tout le contenu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

le rappeur MHD remis en liberté sous contrôle judiciaire

Inacceptable que les informations russes visent le travail COVID-19, selon le britannique Raab