3 femmes biélorusses font équipe pour combattre l’homme fort Loukachenko

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Trois femmes se sont associées pour lutter contre les élections présidentielles au Bélarus, opposant la «solidarité féminine» à l’homme fort Alexander Loukachenko, qui insiste sur le fait que le pays n’est pas prêt pour une femme présidente.

Leur campagne intervient alors que le groupe de défense des droits Amnesty International a publié vendredi un rapport condamnant le traitement discriminatoire des ex-soviétiques envers les militantes de l’opposition, citant des menaces de violences sexuelles et la prise en charge de leurs enfants.

Loukachenko se présente pour un sixième mandat dans les sondages du 9 août dans le pays autoritaire à la frontière de la Russie et de l’Union européenne.

Le résultat du vote est sans aucun doute compte tenu de sa domination totale des élections précédentes, non reconnues comme libres ou équitables par les observateurs occidentaux.

Les forces de l’ordre ont arrêté des centaines de personnes lors des manifestations de l’opposition cette semaine et trois personnalités de l’opposition sont en détention.

‘Par amour’

Mais le concours a été ébranlé par la décision d’une femme, Svetlana Tikhanovskaya, de se présenter aux élections présidentielles à la place de son mari, blogueur populaire de l’opposition sur YouTube, après que les autorités l’ont empêché de soumettre sa candidature en le détenant.

Dans un geste surprise, la commission électorale centrale a enregistré mardi Tikhanovskaya comme candidat.

L’enseignante de langue de 37 ans a déclaré qu’elle n’avait aucun don pour parler en public et n’avait jamais pensé que les autorités l’enregistreraient.

« Tout le monde sait comment je me suis retrouvée ici: par amour pour mon mari », a-t-elle déclaré vendredi lors d’une conférence de presse à Minsk.

C’est une histoire que le journal russe Novaya Gazeta a appelé « Hollywood pur ».

Cependant, les analystes ont réagi avec scepticisme, affirmant que l’opposition était trop divisée pour avoir un impact après que la commission électorale centrale a déposé deux candidats d’opposition plus forts.

Il s’agit de Viktor Babaryko, un ex-banquier considéré comme le rival le plus puissant de Loukachenko qui a été arrêté pour suspicion de délits financiers, et Valery Tsepkalo, une figure d’opposition populaire.

Jeudi, les équipes de campagne de Tikhanovskaya, Babaryko et Tsepkalo ont annoncé qu’elles unissaient leurs forces.

Tikhanovskaya a posé pour une photo de campagne avec Maria Kolesnikova, chef de campagne de Babaryko, et Veronika Tsepkalo, l’épouse de l’ancien diplomate devenu politicien de l’opposition.

Tikhanovskaya a frappé l’air avec défi, Tsepkalo a fait un signe V et Kolesnikova a lié ses doigts en forme de cœur. L’image est rapidement devenue virale avec les Biélorusses qui ont publié des mèmes.

« Le principal sujet de l’actualité d’hier était une photographie avec trois belles femmes biélorusses ensemble », a écrit l’analyste politique Alexander Feduta sur le site Internet de la chaîne de télévision d’opposition Belsat basée à Varsovie.

« Il semble que toute la société attendait en ce moment cette union. »

«Pas de seconde classe»

Vendredi, les femmes ont répété les gestes à Minsk alors que Tsepkalo exhortait les Biélorusses à « voter pour Svetlana! »

« Nous avons décidé de nous unir et de montrer ce qu’est la solidarité féminine », a-t-elle déclaré.

« Nous ne sommes pas de deuxième classe, nous sommes égaux aux hommes et nous pensons que nous allons gagner. »

Dans le même temps, Tikhanovskaya a reconnu: « Je ne me suis toujours pas débarrassée de ma peur », affirmant qu’elle est « très inquiète » pour son mari.

Sergei Tikhanovsky fait face à une accusation criminelle pour avoir organisé des manifestations.

Les enquêteurs fouillant sa maison de campagne ont révélé 900 000 $ qui auraient été cachés dans un canapé.

Auparavant trapu, il paraissait beaucoup plus mince lorsqu’il a parlé par liaison vidéo lors d’une audience.

«Pas d’illusions»

Loukachenko a à plusieurs reprises rabaissé les femmes politiques.

La société biélorusse « n’a pas encore suffisamment mûri pour voter pour une femme », a-t-il déclaré en mai, ajoutant le mois dernier qu’une femme présidente « s’effondrerait, pauvre chose ».

Le président a déclaré dans sa déclaration électorale qu’il est toujours marié mais que sa femme, qu’il a épousée en 1975, n’est jamais vue avec lui en public.

Son fils adolescent Nikolai l’accompagne souvent lors de ses engagements publics.

Selon les analystes, Tikhanovskaya n’a aucune chance de gagner les élections et est utilisé comme un pion par les autorités.

Tikhanovskaya « n’est absolument pas prêt pour cette mission », a déclaré l’analyste politique Alexander Klaskovsky.

« De plus, les circonstances l’ont mise à rude épreuve: son mari est essentiellement un otage du régime en prison. »

« C’est une belle photo, bien sûr, mais vous ne devriez pas avoir de grandes illusions sur le déroulement de cette campagne. »

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available