La France enquête sur le prince héritier d’Abu Dhabi pour des accusations de torture

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Les autorités françaises ouvrent une enquête sur les accusations de complicité d’actes de torture contre le puissant prince héritier d’Abu Dhabi, Mohammed bin Zayed Al-Nahyan, ont indiqué des sources vendredi.

De multiples sources au courant de l’affaire ont déclaré à l’Agence France-Presse (AFP) qu’un magistrat instructeur français avait été mandaté pour s’occuper de l’enquête, qui examinera notamment les actes qui auraient été commis lors de la guerre au Yémen.

Une première enquête avait été ouverte en octobre 2019 contre le prince, connu sous le nom de MBZ, après le dépôt de deux plaintes lors de sa visite officielle à Paris en novembre 2018.

MBZ, un proche allié du prince héritier saoudien Mohammed bin Salman, est considéré comme l’un des dirigeants les plus influents de la région et a également noué une alliance étroite avec le président français Emmanuel Macron.

Les forces des EAU ont rejoint l’Arabie saoudite dans le conflit extrêmement controversé au Yémen, où la coalition EAU-Arabie saoudite lutte contre les rebelles houthis dans une guerre que les militants craignaient d’être embourbée dans des violations des droits.

Six Yéménites avaient déposé une plainte auprès d’un juge spécialisé dans les crimes contre l’humanité à Paris.

« Mes clients saluent l’ouverture de cette enquête et ont de grands espoirs dans la justice française », a déclaré à l’AFP leur avocat Joseph Breham.

Leur plainte porte sur des actes de torture présumés commis dans des centres de détention contrôlés par les Émirats arabes unis sur le territoire yéménite.

Il allègue que MBZ, en tant que commandant en chef des forces émiriennes, est susceptible d’avoir fourni « les moyens et les ordres pour que ces violations soient effectuées ».

De telles accusations peuvent être jugées en France sur la base de la compétence universelle qui permet aux tribunaux de juger les affaires, même si les crimes présumés se sont produits sur le territoire étranger.

La guerre au Yémen a fait des dizaines de milliers de morts, environ 4 millions de personnes déplacées et 80% des 29 millions d’habitants du pays dépendants de l’aide à la survie.

La guerre entre les Houthis soutenus par l’Iran et les troupes progouvernementales s’est intensifiée en mars 2015 lorsque la coalition est intervenue contre les rebelles qui contrôlent de grandes parties du Yémen, y compris la capitale Sanaa.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus