L’État nigérian offre des vaches pour les armes à feu afin de mettre fin aux attaques violentes

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Les autorités de l’État de Zamfara, dans le nord-ouest du Nigéria, ont offert deux vaches pour chaque arme remise afin de stopper les attaques sanglantes de gangs criminels, y compris des voleurs de bétail.

Les communautés éloignées de la région sont depuis des années durement touchées par des raids meurtriers de groupes armés de voleurs de bétail et de kidnappeurs à moto.

Les opérations militaires n’ont pas mis fin aux tueries et les responsables locaux ont tenté à plusieurs reprises de négocier la paix.

Le gouverneur de Zamfara, Bello Matawalle, a déclaré jeudi que dans le cadre de la nouvelle initiative « pour chaque fusil soumis par un bandit repenti, il y aurait compensation de deux vaches ».

Matawalle a déclaré que l’offre de bétail visait à convaincre les gangs, connus sous le nom de « bandits », de désarmer sans paiement en espèces qui pourraient être utilisés pour acheter plus d’armes.

Rien n’indiquait si le plan serait suffisant pour les convaincre d’abandonner leurs roquettes lucratives de vol de bétail et de raquettes.

Les troubles dans le nord-ouest du Nigéria, qui, selon les experts, ont été stimulés par la surpopulation et les changements climatiques, ont fait 8 000 morts et 200 000 fugitifs.

Le président Muhammadu Buhari a promis une nouvelle impulsion pour mettre fin aux tueries après une flambée d’attaques dans l’État voisin de Katsina.

Les «bandits» proviennent principalement de l’ethnie peule qui a longtemps compté principalement sur l’élevage du bétail.

Des groupes de vigilance créés par les communautés locales pour se défendre ont été accusés d’exécutions extrajudiciaires qui aggravent la spirale des exécutions.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus