Laminute.info: site d'actualité générale

Thaïlande: des milliers de manifestants demandent la démission du gouvernement

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Plusieurs milliers de Thaïs ont manifesté samedi soir, exigeant la démission du gouvernement et la dissolution du Parlement, défiant l’interdiction des grands rassemblements contre les coronavirus dans l’une des plus grandes manifestations de rue depuis un coup d’État militaire de 2014.

Les participants au rassemblement étudiant près du monument de la démocratie à Bangkok ont ​​cité une litanie de plaintes contre le gouvernement vieux d’un an du Premier ministre Prayuth Chan-ocha, l’ancien chef de l’armée qui a évincé un gouvernement élu il y a six ans.

Les organisateurs ont émis trois demandes: la dissolution du parlement, la fin du harcèlement des critiques du gouvernement et des amendements à la constitution écrite par l’armée qui, selon les critiques, ont pratiquement garanti la victoire du parti de Prayuth aux élections de l’année dernière.

« Comment pouvons-nous être d’accord avec le manque de démocratie comme celle-ci? » le militant étudiant Tattep Ruangprapaikit a déclaré à la foule.

La police était en attente mais n’a pas bougé pour arrêter la manifestation. Le monument était bouclé par des panneaux indiquant: « Aucune entrée sans autorisation. Entretien en cours. »

L’opposition publique à la règle de Prayuth s’est accrue ces derniers mois.

Depuis les élections de l’année dernière, un tribunal a dissous le deuxième plus grand parti d’opposition, donnant à la coalition au pouvoir de Prayuth un contrôle plus ferme au Parlement.

Prayuth a également vu plusieurs membres du cabinet démissionner jeudi en raison de conflits internes.

Le parti Palang Pracharat de Prayuth a fait campagne sur une vision de la culture traditionnelle thaïlandaise et de la loyauté envers le roi Maha Vajiralongkorn.

La Thaïlande est officiellement une monarchie constitutionnelle, mais insulter le roi est passible de 15 ans de prison et de nombreux conservateurs considèrent la monarchie comme sacro-sainte.

Certains signes lors de la manifestation de samedi faisaient référence à la monarchie, y compris une bannière indiquant « Le Parti populaire n’est pas mort » – une référence au parti politique dont la révolution a mis fin à la domination royale absolue en 1932.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus