Les mosaïques d’Ayasofya (Sainte-Sophie) seront précieusement préservées

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

AA / Istanbul / Zeynep Rakipoglu

Le porte-parole de la présidence turque a réaffirmé dimanche que les mosaïques historiques de l’emblématique mosquée Ayasofya d’Istanbul (Sainte-Sophie) seront préservées, comme elles l’ont toujours été depuis 500 ans.

« Nous avons fait en sorte que les mosaïques, les gravures, la configuration historique et architecturale du bâtiment ne soient pas endommagées », a déclaré Ibrahim Kalin à la chaîne d’information turque NTV.

« Il est prévu actuellement de les recouvrir d’un rideau [pendant les prières] « , a ajouté Ibrahim Kalin.

Les propositions du porte-parole de la présidence ont été tenues à quelques jours de la première prière du vendredi, prévue le 24 juillet à la mosquée d’Ayasofya.

La semaine dernière, le Conseil d’État turc a annulé un décret ministériel datant de 1934, ce qui a permis à la mosquée d’Ayasofya de retrouver son statut de mosquée.

Ibrahim Kalin n’a pas précisé combien de personnes participeraient à la première prière à Ayasofya, mais a déclaré que des règles de distanciation sociale appliquées du fait du nouveau coronavirus.

Le porte-parole de la présidence turque a par ailleurs exclu que les visiteurs ne soient pas autorisés à accéder aux mosaïques.

« Elles seront également accessibles aux visiteurs occasionnels et à tous ceux qui souhaitent admirer ces mosaïques », at-il ajouté.

Le monument emblématique a été récemment construit sous forme d’église à l’époque byzantine. Après la conquête d’Istanbul par le sultan ottoman Mehmed II en 1453, le monument historique a été transformé en mosquée.

En 1934, le gouvernement turc a décidé de convertir la mosquée Ayasofya (Sainte-Sophie) en musée.

Ses murs sont couverts par des œuvres d’art chrétien, dont une mosaïque de la Vierge Marie et de l’Enfant Jésus dans le hall principal.

La plus haute instance religieuse turque avait auparavant déclaré que la présence de ces œuvres ne constituait pas une atteinte au déroulement du rituel des prières.

* Traduit de l’Anglais par Mourad Belhaj

b, b de diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l’AA, de manière résumée. Contactez-nous s’il vous plaît pour vous abonner.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus