Comète au plus près de la Terre avant de disparaître pendant 6000 ans

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

TORONTO – La comète NEOWISE, une énorme «boule de neige glacée» brûlante, sera la plus proche de la Terre mercredi soir, avant que son orbite ne commence à l’emmener dans le système solaire.

Il faudra encore 6 000 ans avant qu’il ne repasse par là.

La comète – officiellement nommée C / 2020 F3 NEOWISE en utilisant une formule indiquant quand elle a été découverte et le nom du télescope infrarouge qui l’a découverte – est à plus de 100 millions de kilomètres.

Le soleil est responsable de la lueur céleste qui a été visible de la Terre à l’œil nu pendant environ 10 jours. La surface solide, glacée et rocheuse de la comète est devenue si chaude qu’elle s’est convertie en gaz, qui brillent et illuminent les débris qui tombent de la comète, créant une queue alors qu’elle se déplace dans le ciel.

Mais à mesure que la comète s’éloigne continuellement du soleil, elle se refroidit et ces gaz chauds s’atténueront.

Mais les terriens ont la chance d’avoir pu repérer la comète, selon l’astronome Chris Vaughan, membre de la Royal Astronomical Society of Canada Toronto Centre.

Deux autres comètes cette année étaient censées avoir été aussi brillantes que celle-ci, mais se sont brisées à l’approche du soleil.

« Mais celui-ci a survécu et n’a pas déçu. »

Selon la NASA, la comète mesure environ cinq kilomètres de large et s’est formée près de la naissance du système solaire il y a 4,6 milliards d’années.

Il sera visible pendant plusieurs semaines avec des jumelles puis des télescopes et il espère que voir la comète stimulera une toute nouvelle génération de passionnés d’astronomie.

«C’est une liste de choses à faire pour les observateurs du ciel, qui espèrent toujours voir une comète spectaculaire.»

Brett Gladman, titulaire d’une chaire de recherche du Canada en astronomie planétaire à l’Université de la Colombie-Britannique, étudie l’espace depuis plus de 30 ans et il n’a jamais vu une comète à l’œil nu.

Il est allé au parc Stanley de Vancouver pour voir NEOWISE il y a un peu plus d’une semaine, puis en a pris des photos pendant ses vacances à l’intérieur de la Colombie-Britannique.

«J’étais extrêmement heureux de le voir», a-t-il déclaré, et était particulièrement ravi des photos qu’il a prises sur son smartphone.

Il a déjà essayé de voir des comètes, y compris de regarder depuis un toit à Edmonton pour Halley’s Comet en 1986, mais c’était trop nuageux. C’était la dernière fois qu’une comète était visible à l’œil nu dans l’hémisphère nord, dit-il.

D’autres qui ont voyagé autour de la Terre depuis ont été beaucoup plus visibles sous l’équateur en raison de l’orbite de la planète, dit-il. Pour voir celui-ci, dit Gladman, sortez dans le ciel nocturne le plus sombre possible vers 22h30 ou 23h00.

Mike Kukucska n’était pas sûr d’avoir capturé la comète jusqu’à ce qu’il vérifie le viseur de son Nikon le 13 juillet vers 23 h 30. Effectivement, il était là, filant au-dessus de la grange idyllique de Dundas, en Ontario.

«Il ne fait pas si sombre à Dundas, donc je ne pouvais pas vraiment le voir à l’œil nu… mais c’était assez excitant de le voir sur ma caméra.»

Kukucska, qui possède une société de conception et de fabrication de décors à Dundas, s’est lancé dans la photographie à longue exposition lorsqu’il est tombé amoureux de la capture de la Voie lactée. Il est sorti chaque nuit claire depuis l’arrivée de NEOWISE il y a environ 10 jours.

«J’adore mettre un sujet terrestre au premier plan parce que je pense que cela donne un sens aux objets célestes dans le ciel.»

Vaughan dit saisissez cette occasion pour voir une comète tant que vous le pouvez, car elle est imprévisible et imprévue.

«Vous ne savez jamais quel spectacle ça va être.»

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available