Les égouts de Paris révèlent que le virus n’est toujours pas éliminé

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Des échantillons d’eaux usées du réseau d’égouts parisien montrent à nouveau des traces de COVID-19 depuis fin juin, après avoir disparu lorsque la France a imposé un verrouillage, selon le responsable du laboratoire menant la recherche.

Les taux d’infection en France diminuent, mais les responsables ont rendu cette semaine obligatoire le port de masques dans les espaces publics fermés après une série de poussées localisées. À ce jour, le COVID-19 a tué plus de 30 000 personnes en France.

Les premières études menées par des scientifiques aux Pays-Bas, en France, en Australie et ailleurs suggèrent que l’échantillonnage des eaux usées pour détecter les signes du coronavirus SRAS-CoV-2 pourrait aider à estimer le nombre d’infections dans une zone géographique, sans avoir à tester chaque personne.

Laurent Moulin, qui dirige le laboratoire de recherche géré par la société de services publics d’eau Eau de Paris, a averti que les conclusions à elles seules ne signifiaient pas une résurgence du virus dans la population depuis que la France a assoupli ses restrictions de verrouillage.

Mais, a déclaré Moulin, lorsqu’il est utilisé en conjonction avec d’autres données, il peut être un signe précurseur utile de la propagation du virus, avant même que les gens ne se sentent suffisamment malades pour demander de l’aide médicale.

« Nous avons eu le verrouillage, ce qui a réduit le nombre de personnes malades, puis un peu plus tard, nous avons vu une réduction de la concentration de SRAS-CoV-2 dans les eaux usées », a déclaré Moulin, faisant référence à la souche de virus derrière le Épidémie de covid19.

« Que voyons-nous depuis fin juin? Nous avons vu des endroits qui étaient négatifs (pour les traces de virus) et qui deviennent positifs », a-t-il dit.

Les taux d’infection à Paris diminuent conformément à la tendance nationale.

Des ouvriers d’une station d’épuration à Noisy-le-Grand, à l’est de Paris, remplissent des bouteilles en plastique d’eaux usées et les mettent dans une glacière. Ceux-ci sont ensuite transportés au laboratoire, à la périphérie sud de la ville, où des chercheurs en combinaisons et masques biologiques les analysent.

L’échantillonnage des eaux usées détecte les génomes de coronavirus, des fragments du matériel génétique du virus qui ne sont pas infectieux et peuvent être émis par des personnes ne présentant pas de symptômes.

Moulin a déclaré que les preuves que ses équipes rassemblaient dans le système d’égouts alimenteraient les modèles utilisés pour analyser la progression du virus. Des chercheurs parisiens ont publié des résultats en avril qui montraient comment l’échantillonnage des eaux usées dans la ville pendant un mois suivait la même courbe de l’épidémie croissante et décroissante.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus