Le sommet ouest-africain se termine sans accord sur la crise au Mali

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Les dirigeants ouest-africains ont clôturé jeudi un sommet d’une journée au Mali sans un accord pour apaiser la crise politique croissante du pays.

Cinq des dirigeants de la région ont rencontré le président malien Ibrahim Boubacar Keita et les dirigeants d’un mouvement de protestation réclamant sa démission, alors qu’une insurrection de longue date menace de plonger le pays dans le chaos.

Mais l’intervention n’a pas réussi à sceller un accord et le président nigérien Mahamadou Issoufou, lors des pourparlers avec les dirigeants du Sénégal, de la Côte d’Ivoire, du Ghana et du Nigéria, a déclaré que le bloc ouest-africain de la CEDEAO tiendrait un sommet lundi.

« Rien n’a bougé pour le mouvement », a déclaré l’un des leaders de la contestation, l’imam Mahmoud Dicko, après s’être entretenu avec les présidents.

Plus tôt que les dirigeants étrangers sont arrivés jeudi matin, un petit groupe de manifestants s’est rassemblé devant l’aéroport.

« Nous sommes ici pour exiger la démission d’IBK et nous assurer que nos camarades qui ont été tués ne sont pas oubliés », a déclaré Yaya Sylla, une jeune manifestante, utilisant l’acronyme sous lequel le chef du Mali est connu.

Le Mouvement du 5 juin, du nom de la date à laquelle les manifestations ont commencé, a puisé dans une profonde colère face à l’incapacité perçue de Keita à s’attaquer à la désastreuse économie, à la corruption et à la révolte de huit ans. Les Maliens sont également irrités par le résultat contesté des élections législatives longtemps retardées en mars et avril qui ont donné la victoire au parti de Keita.

Le sommet fait suite à une mission de médiation de cinq jours de la Communauté économique des 15 États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), qui s’est terminée dimanche sans réconcilier les deux parties.

Les dirigeants ouest-africains ont discuté des solutions proposées qui avaient été élaborées lors de discussions en coulisse entre le président et l’opposition cette semaine.

Crise croissante

Keita, arrivé au pouvoir en 2013, subit une pression croissante pour mettre fin au conflit de longue date au Mali.

Ce pays pauvre de quelque 20 millions d’habitants a du mal à contenir une insurrection qui a chassé des centaines de milliers de personnes de leurs foyers depuis 2012, malgré la présence de troupes étrangères.

Lors des dernières violences, un soldat français a été tué et deux autres blessés dans un attentat suicide à la voiture piégée dans le nord du Mali jeudi, selon la présidence française et l’armée française.

Mais une grande partie de la tension actuelle a été déclenchée en avril, lorsque la Cour constitutionnelle a rejeté 31 résultats des élections législatives, au profit du parti de Keita et suscitant des manifestations.

Les tensions se sont ensuite transformées en crise le 10 juillet lorsqu’un rassemblement anti-Keita organisé par le Mouvement du 5 juin est devenu violent.

Trois jours d’affrontements entre manifestants et forces de sécurité ont fait 11 morts et 158 ​​blessés dans les pires troubles politiques que le Mali ait connus depuis des années.

Cherchant une issue, les médiateurs de la CEDEAO ont suggéré de former un nouveau gouvernement d’unité comprenant des membres de l’opposition et de nommer de nouveaux juges de la Cour constitutionnelle qui pourraient potentiellement réexaminer les résultats contestés des élections. Mais le Mouvement du 5 juin avait déjà rejeté tout résultat n’impliquant pas le départ de Keita.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus