Le président israélien Rivlin s’en prend au gouvernement du Premier ministre Netanyahu

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Le président israélien en grande partie cérémonial a critiqué jeudi les membres du soi-disant gouvernement d’unité de Benjamin Netanyahu, les suppliant de cesser de se chamailler pendant une période d’urgence nationale et d’arrêter de laisser planer la perspective d’une autre «terrible» campagne électorale.

Le tweet de Reuven Rivlin intervient au milieu d’une vague de manifestations de colère contre Netanyahu pour sa mauvaise gestion perçue de l’aggravation de la santé publique et de la crise économique du pays. Après avoir initialement maîtrisé le coronavirus, Israël connaît désormais un pic de quelque 2000 nouveaux cas par jour alors que le chômage a grimpé au-dessus de 20%.

Le gouvernement, établi en mai après trois élections coûteuses, conflictuelles et finalement peu concluantes, a été formé dans le but précis de contrer la crise. Pourtant, il a été principalement caractérisé par des combats internes, des politiques contradictoires et une législation discutable à la Knesset ou au parlement. le tout sous l’ombre du procès pour corruption de Netanyahu.

« Je regarde les développements à la Knesset avec une profonde inquiétude alors qu’ils ébranlent les relations déjà fragiles entre les partenaires de la coalition. En tant que citoyen et au nom de nous tous, je dis: maîtrisez-vous! » Rivlin a écrit: «Arrêtez de parler d’élections anticipées, de cette terrible option en ce moment, et sauvez-vous-en. L’État d’Israël n’est pas une poupée de chiffon que vous traînez pendant que vous vous chamaillez. Les gens ont besoin que vous soyez tous concentrés, clairs et que vous trouviez des solutions à cette crise. »

L’appel de Rivlin est intervenu un jour après que le Parlement a adopté un projet de loi controversé accordant au gouvernement le pouvoir de contourner le législateur en adoptant des mesures pour lutter contre la propagation rapide du coronavirus. Le principal partenaire de Netanyahu, le parti centriste Kakhol lavan, a également rompu les rangs avec la discipline de la coalition pour adopter un projet de loi sur les droits des homosexuels qui a scandalisé les membres ultra-orthodoxes du gouvernement.

Le fouet de la coalition Miki Zohar, un proche mandataire de Netanyahu, a averti que le gouvernement ne pourrait pas survivre beaucoup plus longtemps comme ça.

« Il est temps de prendre une décision: soit adopter un budget, avoir un gouvernement stable et une coalition fonctionnelle, soit aller aux élections », a-t-il déclaré.

La question se posera dans les semaines à venir, lorsque le gouvernement sera légalement tenu de voter un budget de l’État ou que des élections seront déclenchées. Actuellement, Netanyahu et le ministre de la Défense Benny Gantz, le chef Kakhol lavan, sont divisés.

Les médias ont émis l’hypothèse que Netanyahu se prépare à un conflit qui déclenchera des élections en novembre pour tenter de préjuger de ce qui pourrait être une décision contre son aptitude à servir avant la reprise de la phase de preuve de son procès en janvier. Pendant cette phase, il devra siéger au tribunal trois fois par semaine.

Netanyahu est de plus en plus critiqué pour avoir occupé ses fonctions alors qu’il était jugé pour corruption, poussant à des mesures apparemment anti-démocratiques sous prétexte de lutter contre le virus et de tâtonner généralement la stratégie de sortie du virus.

Le dernier snafu a été la nomination d’un tsar du coronavirus promis depuis longtemps pour centraliser la réponse du gouvernement à l’épidémie de virus. Le candidat oint a abandonné mercredi soir en raison du retard et des divergences sur le type de pouvoirs qui lui seraient accordés.

Le mécontentement du public a poussé des milliers d’Israéliens à participer à certaines des plus grandes manifestations depuis près d’une décennie contre le Premier ministre de longue date.

Pourtant, les sondages suggèrent que le Likud de Netanyahu conserve une avance considérable sur tout autre challenger, et il sera difficile de le renverser aux élections.

Netanyahu est jugé pour une série d’affaires dans lesquelles il aurait reçu de somptueux cadeaux d’amis milliardaires et échangé des faveurs réglementaires avec des magnats des médias pour une couverture plus favorable de lui-même et de sa famille. Le Premier ministre a nié tout acte répréhensible accusant les médias et les forces de l’ordre d’une chasse aux sorcières pour l’évincer de ses fonctions et a refusé de démissionner.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available