Le nombre de morts dans le monde atteint 650000 alors que les cas de COVID-19 augmentent à nouveau

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Les décès enregistrés dus au coronavirus ont approché 650000 lundi alors que la maladie a réapparu dans les points chauds en Asie, en Europe et aux États-Unis, entraînant de nouvelles restrictions, des verrouillages ciblés et des ordonnances de port de masques obligatoires.

L’Australie a été secouée par sa vague la plus meurtrière depuis le début de la pandémie, Hong Kong connaît un nombre quotidien record et le nombre de cas en Espagne a triplé au cours des quinze dernières semaines.

Les nouvelles poussées ayant incité certains États à réfléchir à de nouvelles fermetures de frontières, l’Organisation mondiale de la santé a plutôt plaidé pour des stratégies localisées bien étudiées.

«Continuer à garder les frontières internationales scellées n’est pas nécessairement une stratégie durable pour l’économie mondiale, pour les pauvres du monde ou pour quiconque d’autre», a déclaré Michael Ryan, directeur des urgences de l’OMS, lors d’un briefing virtuel.

Une « politique mondiale unique » est impossible car les flambées se développent différemment selon les pays, a-t-il ajouté.

L’OMS a également déclaré lundi que des experts se réuniraient cette semaine pour discuter du déclassement du statut d’urgence du COVID-19, six mois après sa déclaration.

Des surtensions inquiétantes

La Chine a signalé son plus grand nombre de cas de coronavirus en trois mois, dans le cadre d’une vague inquiétante d’infections de deuxième et troisième vagues qui frappent l’Asie et l’Europe.

L’Indonésie a confirmé son 100 000e cas de coronavirus alors que la Croix-Rouge a averti que la crise sanitaire dans le quatrième pays le plus peuplé du monde risquait de «devenir incontrôlable».

De nouvelles infections ont également fait boule de neige à Hong Kong, qui a apparemment mis un frein aux transmissions locales pendant des semaines.

Désormais, tout le monde dans le territoire densément peuplé doit porter des masques en public à partir de cette semaine, ont déclaré les autorités en dévoilant les mesures de distanciation sociale les plus dures de la ville à ce jour.

De son côté, la Belgique a annoncé des mesures plus strictes contre le virus après avoir enregistré 1952 nouveaux cas la semaine dernière, soit une augmentation de plus de 70% par rapport à la semaine précédente.

A partir de mercredi, les Belges pourront voir un maximum de cinq personnes en dehors de leur famille, réduisant la «bulle sociale» autorisée de 15.

Problèmes de voyage d’été

Le plus grand voyagiste britannique TUI a annulé les vacances britanniques en Espagne continentale du lundi au 9 août après la décision du gouvernement britannique d’exiger la mise en quarantaine des voyageurs revenant du pays.

La France a ordonné des couvre-feux nocturnes pour les plages de la station balnéaire bretonne de Quiberon, sur la côte atlantique, après qu’un cluster COVID-19 à propagation rapide y ait émergé la semaine dernière.

La Bavière a déclaré qu’elle installerait des sites de test de coronavirus dans ses deux plus grandes gares, à Munich et à Nuremberg, ainsi qu’à des points clés sur les autoroutes près de la frontière avec l’Autriche, alors que les craintes grandissent que les voyages d’été pourraient déclencher une nouvelle vague d’infections.

Téhéran a mis en garde les Iraniens contre la tenue de mariages et de funérailles, car l’épidémie de coronavirus ne montrait aucun signe de ralentissement dans le pays le plus durement touché du Moyen-Orient.

Vers un vaccin

Les nouvelles poussées surviennent alors que les laboratoires du monde entier s’efforcent de développer un vaccin efficace, la société américaine Moderna devant entamer lundi une phase finale d’essais cliniques.

Pendant ce temps, certaines régions luttent encore contre leurs premières vagues après n’avoir jamais maîtrisé le virus: les États-Unis à eux seuls ont enregistré près de 4,23 millions de cas de COVID-19, tandis que les infections en Amérique latine et dans les Caraïbes ont augmenté.

Dans le monde entier, le nombre de cas confirmés a dépassé les 16 millions, bien que les experts estiment que ce chiffre est largement inférieur au nombre réel.

La Chine – où le coronavirus a été signalé pour la première fois en décembre de l’année dernière – a enregistré lundi 61 cas, le chiffre quotidien le plus élevé depuis avril, et les autorités ont déclaré des mesures de verrouillage en «mode de guerre».

La plupart des 57 nouveaux cas domestiques se trouvaient dans la région extrême nord-ouest du Xinjiang.

Un deuxième programme de tests de masse a été lancé dimanche à Urumqi, la capitale régionale de 3,5 millions de personnes pour vérifier les résidents qui avaient déjà été testés négatifs.

L’Australie a subi dimanche le jour le plus meurtrier depuis le début de la pandémie, avec 10 morts et une augmentation des nouvelles infections malgré un effort de verrouillage intense.

Alors que les infections dans le monde dépassaient les 16 millions, l’Amérique latine et les Caraïbes totalisaient plus de 4,34 millions, selon un décompte de l’Agence-France Presse (AFP), dépassant brièvement l’Amérique du Nord, où les États-Unis restent le pays le plus durement touché en termes de nombre de cas. et le nombre de morts.

Mais l’Amérique du Nord a rapidement progressé de nouveau, les États-Unis ayant enregistré plus de 55 000 nouveaux cas en 24 heures pour un total de près de 4,23 millions.

Avec les 116 000 cas au Canada, l’Amérique du Nord compte maintenant plus de 4,34 millions d’infections.

En Amérique latine, le Brésil est le pays le plus touché avec près de 2,42 millions de cas et plus de 87 000 décès.

Il y a également eu une augmentation des infections au Mexique, au Pérou, en Colombie et en Argentine, qui tentent tous de reprendre leurs activités économiques.

Le gouvernement britannique quant à lui, poussé par la crise des coronavirus, a renouvelé ses efforts pour s’attaquer au problème de l’obésité dans le pays, obligeant les restaurants à afficher le nombre de calories sur leurs menus, entre autres mesures.

Les analyses montrent que près de 8% des patients gravement malades dans les unités de soins intensifs atteints de COVID-19 étaient classés comme obèses morbides, contre moins de 3% de la population générale.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available