L’Afrique se rapproche de 1 million de cas de COVID-19 au milieu de la flambée mondiale des infections

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

L’Afrique s’approche maintenant d’un million de cas de coronavirus, mais les experts préviennent que bien pire reste à venir dans un continent aux prises avec des systèmes de santé fragiles et des ressources économiques minces.

Les pays d’Afrique ont enregistré plus de 850 000 infections et au moins 18 000 décès, selon un décompte de l’Agence-France Presse (AFP) de mardi. Le bilan a mis un certain temps à passer à la vitesse supérieure grâce à des restrictions précoces sur les contacts et les déplacements, a déclaré à l’AFP le Dr Mary Stephens, experte au bureau Afrique de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). « Nous n’avons pas encore vu le pic », a-t-elle prévenu. « Tous les pays d’Afrique sont à risque parce que nos systèmes de santé sont relativement faibles. »

L’Afrique du Sud, l’économie la plus industrialisée du continent, a enregistré plus de 450 000 infections, le nombre le plus élevé d’Afrique et le cinquième au monde. Il a enregistré plus de 7 000 décès, même si l’on craint que les décès ne soient sous-déclarés.

La semaine dernière, le respecté Medical Research Council a noté un bond de près de 60% des décès «naturels» pour cette période de l’année par rapport à la tendance historique. « Le pic viendra en juillet, août et septembre », a prédit dimanche le ministre sud-africain de la Santé, Zweli Mkhize.

L’Afrique du Sud a imposé l’un des verrouillages les plus durs au monde en mars. Les mesures comprenaient la fermeture des écoles, des usines, des magasins non essentiels et une interdiction de la vente d’alcool et de cigarettes. Les restrictions ont été levées en juin, mais certaines ont été rétablies ce mois-ci. Les écoles ont de nouveau fermé et l’interdiction d’alcool est revenue. Le pays compte également plus de 13 000 agents de santé infectés – un record.

Ailleurs dans le monde, un nouveau cluster de coronavirus dans une ville portuaire du nord-est de la Chine s’est propagé à d’autres provinces et a provoqué de nouvelles restrictions, ont déclaré mardi les autorités, alors que Pékin s’efforce de prévenir une deuxième vague d’infections. La Chine avait largement maîtrisé le virus depuis son apparition dans le pays à la fin de l’année dernière, grâce à une série de verrouillages stricts et de restrictions de voyage. Mais ces derniers mois, un certain nombre de petites flambées ont suscité des inquiétudes, la Chine ayant signalé mardi 68 nouvelles infections, le nombre quotidien le plus élevé depuis avril. Parmi ceux-ci, 57 se trouvaient dans la région nord-ouest du Xinjiang, où une épidémie a vu des millions de résidents testés, et des verrouillages stricts dans la capitale régionale Urumqi. Six autres cas ont également été signalés dans la ville portuaire industrielle de Dalian, dans la province du Liaoning, où une nouvelle épidémie est apparue pour la première fois dans une usine de transformation de fruits de mer la semaine dernière. Cela porte le nombre total de nouvelles infections à Dalian à 44.

En Europe, Madrid a décidé de rendre le port du masque obligatoire à tout moment en public mardi, alors que l’Espagne était aux prises avec les retombées d’un pic de cas de virus qui a déclenché plusieurs avertissements aux voyageurs internationaux. Le virus a jusqu’à présent fait 28434 morts en Espagne, ce qui en fait le quatrième pays le plus touché d’Europe après le Royaume-Uni, l’Italie et la France. En termes de cas, l’Espagne a dénombré 278 782 infections dans le deuxième chiffre européen le plus élevé après le Royaume-Uni, où plus de 300 000 personnes ont attrapé le virus.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a averti mardi que « les signes d’une deuxième vague » du coronavirus apparaissent dans certains pays européens. S’adressant à Sky News lors d’une visite à Nottingham, Johnson a déclaré que le travail de son gouvernement était de prendre des mesures lorsqu’ils voyaient ces signes. « Ce que nous devons faire, c’est prendre des mesures rapides et décisives là où nous pensons que les risques recommencent à bouillonner », a déclaré Johnson, défendant la décision de son gouvernement de mettre en place une quarantaine générale pour tous ceux qui arrivent d’Espagne.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus