L’Asie est confrontée à la deuxième vague de COVID-19 alors que les cas mondiaux continuent d’augmenter

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Une grande partie de l’Asie est de retour en état d’alerte après qu’une vague inquiétante d’infections de la deuxième vague a frappé les pays asiatiques, tandis que d’autres régions sont encore aux prises avec leurs premières vagues après avoir échoué à maîtriser le virus.

La Chine continentale se bat contre le retour le plus agressif du COVID-19 depuis des mois, confirmant dimanche 57 nouveaux cas transmis localement, le niveau le plus élevé depuis début mars, en raison de nouvelles infections dans l’extrême ouest du Xinjiang. La vague de la deuxième vague a été propulsée par des grappes dans des régions séparées, et les autorités ont déclaré des mesures de verrouillage «en temps de guerre» pour lutter contre la propagation de la contagion mortelle. Un deuxième programme de tests de masse a été lancé dimanche dans la ville de 3,5 millions de personnes pour vérifier les habitants qui avaient précédemment été testés négatifs, avec 2,3 millions de personnes dépistées à ce jour. Les autorités chinoises ont également déployé des tests de masse pour des centaines de milliers de personnes dans la ville portuaire de Dalian, au nord-est, où un nouveau cluster a éclaté la semaine dernière.

L’Australie a subi dimanche le jour le plus meurtrier depuis le début de la pandémie, avec 10 morts et une augmentation des nouvelles infections malgré un effort de verrouillage intense. Et lundi, le pays a enregistré son plus grand nombre de cas quotidiens d’au moins 549, plus que le record de mercredi de 501, certains États devant encore déclarer leurs chiffres.

Ailleurs en Asie du Sud-Est, la Malaisie devrait annoncer de nouvelles mesures pour contenir l’épidémie alors que les autorités luttent pour contenir plus d’une douzaine de nouveaux groupes qui sont apparus depuis la levée des bordures le mois dernier. Le Vietnam et le Laos ont confirmé leurs premiers cas de coronavirus après près de trois mois, ont rapporté lundi les médias locaux. Selon le quotidien de langue anglaise Vietnam News basé à Hanoi, les deux pays ont signalé leurs nouvelles infections vendredi après être restés sans virus depuis avril.

Dans le monde entier, le nombre de cas confirmés a dépassé les 16 millions, bien que les experts estiment que ce chiffre est largement inférieur au nombre réel. Le bilan mondial des décès dus au coronavirus est proche de 650000, selon un décompte courant de l’Université Johns Hopkins basée aux États-Unis lundi. Les données ont montré que le nombre de morts s’élève à 648 966, tandis que le nombre de cas s’élevait à 16 264 048, et un total de 9 407 977 patients ont gagné leur bataille contre le COVID-19. Alors que les États-Unis, seul pays à franchir le seuil des 4 millions d’infections avec un excès de 4,23 millions de cas et près de 147000 décès, continuent d’être le plus touché par le virus, le nouvel épicentre du Brésil compte plus de 2,4 millions de cas et plus de 87 004 décès.

La Floride passe devant New York

Les États-Unis ont enregistré dimanche 55187 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures, a rapporté l’Université Johns Hopkins dans son décompte en temps réel. Après une baisse du taux d’infection à la fin du printemps, les États-Unis ont connu une récente augmentation des cas de COVID-19, en particulier dans les États du sud et de l’ouest tels que la Californie, le Texas, l’Alabama et la Floride. La Floride est devenue dimanche le deuxième État après la Californie à dépasser New York, l’État le plus touché au début de l’épidémie américaine.

La dernière fois que le nombre quotidien de nouveaux cas est passé en dessous de 60 000, c’était il y a près de deux semaines, le 13 juillet. Les scientifiques s’accordent à dire qu’une augmentation des taux de mortalité suit le pic des infections de trois à quatre semaines. Le nombre total de cas de COVID-19 dans le Sunshine State a augmenté de 9300 à 423 855 dimanche, juste une place derrière la Californie, qui mène désormais le pays avec 448 497 cas. New York est à la troisième place avec 415 827 cas. Pourtant, New York a enregistré le plus grand nombre de décès de tous les États américains avec plus de 32 000, la Floride à la huitième place avec près de 6 000 décès.

De l’autre côté de l’Atlantique, l’Espagne, où plus de 28400 personnes ont perdu la vie, a également été témoin d’une récente flambée de cas avec près de 1000 cas enregistrés jeudi et vendredi, bien que le gouvernement ait insisté sur le fait que le pays était en sécurité à visiter et ne connaissait pas une deuxième vague. « Comme d’autres pays européens, l’Espagne a de nouvelles flambées », a déclaré dimanche la ministre des Affaires étrangères Arancha Gonzalez Laya aux journalistes, ajoutant: « Ce n’est pas inhabituel ».

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available