in

l’Etat et les départements débloquent 160 millions d’euros pour des primes Covid (Macron)

Emmanuel Macron a annoncé mardi que l’Etat et les départements allaient débloquer 160 millions d’euros pour verser une prime exceptionnelle Covid aux 320.000 aides à domicile.

Cette somme, qu’apporteront à parité l’Etat et les conseils départementaux, permettra aux professionnels concernés « d’avoir ces 1.000 euros de prime qu’ont eus les autres » personnels soignants, a déclaré le chef de l’Etat devant des aides à domicile, lors d’une visite à Toulon.

Les aides à domicile, qui interviennent en soutien à 800.000 personnes âgées en perte d’autonomie et à 300.000 personnes en situation de handicap, étaient jusqu’à présent « les oubliés de la prime Covid », a relevé le président.

Cette prime, qui sera versée « avant Noël », après instruction des dossiers « entre septembre et décembre », permettra « de reconnaître pleinement le rôle » qu’ils ont joué pendant la crise épidémique, selon lui.

Mi-juin, les fédérations de l’emploi à domicile avaient crié à l' »injustice », en s’étonnant que les professionnels du secteur – des femmes à 97% – soient exclus de la prime accordée aux personnels en première ligne face au coronavirus.

En avril, le gouvernement avait annoncé le versement de primes pour les soignants à pied d’œuvre face à l’épidémie et également souhaité l’attribution d’une prime pour les personnels de toutes les structures médico-sociales qu’elles soient publiques ou privées.

Mais l’exécutif avait également souligné, jusqu’à présent, que le versement de cette prime aux aides à domicile incombait aux conseils départementaux, puisque ce sont eux, et non pas l’assurance maladie, qui financent les services d’aide et d’accompagnement à domicile.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

6 décennies de missions spatiales sur Mars – une chronologie

La Biélorussie Loukachenko critique la Russie pour sa tentative «  d’organiser un massacre  » avant les urnes