Un groupe de défense des droits de l’homme accuse la police américaine de violations des droits humains

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Amnesty International a accusé la police américaine d’avoir violé les droits humains des manifestants lors des manifestations antiracistes dans le pays.

Dans un rapport publié mardi, Amnesty indique que la police a utilisé à plusieurs reprises la violence physique, des irritants chimiques comme le gaz lacrymogène ou le gaz poivré et des projectiles «moins meurtriers» comme des balles en caoutchouc pour disperser des manifestations pacifiques.

Selon le rapport, les événements récents ont suscité des inquiétudes concernant « les droits à la vie, à la sécurité de la personne, à une égale protection de la loi, à la liberté de ne pas subir de discrimination et à la liberté d’expression et de réunion pacifique ».

L’organisation des droits de l’homme répertorie 125 «incidents de recours inutile et excessif à la force par les forces de l’ordre» dans 40 États et la capitale.

Les forces de l’ordre auraient ciblé non seulement des manifestants pacifiques, mais aussi des représentants des médias et des médecins de rue avec « la force physique, des irritants chimiques, des projectiles à impact cinétique et des arrestations et détentions arbitraires », indique le rapport, appelant à des mesures plus strictes et à des poursuites contre la violence policière.

Les États-Unis ont été balayés par une vague de protestations après la mort de George Floyd, un homme noir, après avoir été arrêté par la police dans le Minnesota.

Bien que les manifestations aient été en grande partie pacifiques, le président américain Donald Trump a déployé des agents fédéraux dans de grandes villes telles que Portland, dans l’Oregon, qui ont été critiquées pour un usage disproportionné de la force.

Selon Amnesty, plus de 1 000 personnes sont tuées par la violence policière aux États-Unis chaque année, bien qu’il n’y ait pas de chiffres officiels. Les statistiques indiquent qu’un nombre disproportionné de victimes sont des Noirs.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus