L’Egypte invite Elon Musk dans le pays après la suggestion «  d’étrangers ont construit des pyramides  »

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

L’Égypte a invité Elon Musk à visiter ses célèbres pyramides après que le fondateur de SpaceX et Tesla ait publié un tweet satirique déclarant que clairement des extraterrestres avaient construit les monuments géants.

« Les extraterrestres ont construit les pyramides obv », avait tweeté Musk, reprenant un thème populaire auprès des théoriciens du complot et déclenchant un flot prévisible de réponses allant de légères à furieuses.

Parmi l’avalanche de one-liners, des mèmes et des pots-de-vin se trouvaient des messages de colère d’Égyptiens nationalistes qui demandaient à l’ingénieur excentrique et au milliardaire de la haute technologie de mieux vérifier ses faits.

La ministre égyptienne de la Coopération internationale, Rania al-Mashat, une utilisatrice avisée des médias sociaux, a cependant vu une opportunité de marketing pour aider à relancer le secteur touristique du pays en proie à une pandémie.

« Je suis votre travail avec beaucoup d’admiration », a écrit Mashat, ancien ministre du Tourisme. « Je vous invite, ainsi que Space X, à explorer les écrits sur la construction des pyramides et à découvrir les tombes des constructeurs de pyramides. »

«M. Musk, nous vous attendons», a-t-elle ajouté, invitant l’entrepreneur à venir voir par lui-même l’une des sept merveilles du monde antique, les énormes tombes égyptiennes construites pour les pharaons et leurs époux.

Musk a poursuivi en publiant un lien vers un article de la BBC sur l’histoire des structures géantes, l’appelant « un résumé raisonnable » de la façon dont elles ont été construites.

Le plus célèbre et le plus grand des monuments anciens d’Égypte, les pyramides de Gizeh à l’extérieur du Caire, a rouvert au public le mois dernier après une fermeture de trois mois forcée par la pandémie de coronavirus.

Le secteur du tourisme égyptien a subi une décennie de troubles après les manifestations du printemps arabe de 2011 et le renversement du dictateur de longue date Hosni Moubarak, les attaques militantes et l’instabilité politique éloignant de nombreux touristes.

Le secteur du tourisme, qui représente un cinquième du produit intérieur brut (PIB) du pays et emploie quelque 3 millions de personnes, s’était redressé pour attirer un nombre record de visiteurs, environ 13,6 millions l’année dernière, lorsque la crise du COVID-19 a frappé.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus